Partagez | 
 

 A table !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Invité


Invité


MessageSujet: A table ! Mar 11 Oct - 16:54

La recherche du casse croûte était devenue bien compliquée pour Adrix lors de cette dernière année. Lié par un pacte sacré avec Blanche Neige, il se devait de rester au côté de cette dernière dés qu'elle le réclamait. Hélas, la manieuse corrompue refusait toujours de voir le sang d'innocents versé devant ses yeux pour satisfaire l'appétit de l'Akuhei, tant et si bien que s'il voulait sa ration quotidienne d'âme il était obligé de profiter des moments de repos de sa "manieuse" pour aller faire les courses. Il avait pourtant un peu de chance dans son malheur, puisque les siestes de l'étudiante reconvertie se multipliaient, et se faisaient d'autant plus longue que son âme subissait l'influence constante de la démence. Il ne comprenait pas vraiment ce qu'elle essayait d'accomplir en s'exposant ainsi à la folie sans totalement y sombrer pour autant, mais tant qu'il avait sa récompense au bout du fil ça lui suffisait.
Et puis, on lui avait confié un travail, pour le moins dans ses cordes : Sortir et mettre le boxon ! En clair, faire n'importe quoi qui pourrait rajouter encore au chaos mondiale. Alliant l'utile à l'agréable, il profitait de ses sorties pour descendre sur les zones habitées où il pouvait se remplir la panse en tout quiétude. Et quand on connait l'appétit sans fin d'un gaillard costaud comme lui, on imagine facilement la quantité de villages étant passés à la casserole ces derniers mois.
Les humains, quand à eux, lui semblaient d'être désespérante faiblesse. Plus que la faiblesse de ses proies, c'était en fait plutôt sa propre force qui n'avait de cesse d'augmenter avec ses dîners successifs. Lentement, mais sûrement, il était sur la voie pour devenir un vrai petit Kishin, et personne ne s'était encore vraiment mit en travers de sa route pour l'en empêcher. Shibusen était tombée et, privée de son dieu, se relevait péniblement de ses cendres. Nombre de ses combattants étaient tombés et toute sa gloire avait été entachée par ce conflit sanglant. Il avait eut son petit rôle à jouer dans le déroulement de sa guerre, ou disons plutôt, sa compagne avait eut sa part, et lui avait été le témoin amusé du carnage orchestré de main de maître. La planète était plongée dans le chaos, une ère plus que propice à la chasse. L'Akuhei aux cheveux d'or n'avait pas grand chose à faire de ces histoires d'Asgard et de tout ce que son existence impliquait, c'est tout juste s'il avait saisit à quel camp il était censé appartenir. Se laissant porté nonchalamment par le mouvement, il avait une vision très limitée de ce qui l'entourait, et plus encore de son futur, puisqu'il ne se projetait jamais au delà de son prochain quatre-heure. Tout ce qui lui importait était de satisfaire ses besoins quasi vitaux en combat et en âmes, une gourmandise de plus en plus profonde, qui le dévorait de l'intérieur.
Et c'est justement pendant une de ses tournées qu'on le retrouve. La grande tour Blanche qui leur servait de repère avait l'énorme avantage de changer de place régulièrement, si bien qu'il ne se lassait jamais de la nourriture à porter de main. Cette fois ci, c'était quelque part en Asie qu'il avait attérit.

Dans un petit village encore épargné par la guerre et ses terribles conséquentes, les habitants étonnés virent arriver un bien étranger individu. Drapé d'une longue cape mitée couleur rubis, sifflotant un air joyeux en se dandinant, il avait tout l'air d'un étranger égaré. Mais ce qui le rendait vraiment surprenant c'était l'étrange aura qui se dégageait de lui, comme si on être tout entier était enveloppé d'une énergie sombre, et que le fixer suffisait à rendre mal à l'aise même les plus robustes des hommes du coin. Les bêtes d'ordinaires agressives se retiraient de son chemin sans demander leur reste, glapissant de terreur comme si elles sentaient d'instinct la menace face à eux. En fait, ce type là semblait tout droit surgir d'un quelconque conte de fées d'une autre époque... et c'était pas le gentil de l'histoire.

Adrix regarda d'un oeil la montre qu'on lui avait prêté. C'était le début d'après midi. Il avait encore un peu de temps avant que ne se produise ce machin bizarre. En effet, tous les jours, au coup de 15h, s'il avait le malheur de se trouver en extérieur, son esprit était frappé par une pulsion de démence encore plus virulente que d'ordinaire. Difficile de dire avec précision ce qui se passait par la suite, car il ne lui restait pour mémoires que des brides de mises à mort sanglantes. Drive lui même, pourtant l'incarnation même de l'instabilité de son esprit, peinait à se maîtriser. Non pas que partir en berserk le dérangeait plus que ça, mais il aimait autant se souvenir de ses repas, sans quoi, il n'avait pas l'impression de s'être rassasié.

*Aujourd'hui on se fait des nems d'âmes !*

*Yeah ! Ca faisait longtemps qu'on avait plus mangé d'asiatiques !*


L'Akuhei se retrouva à la place centrale, noire de monde à cette heure de la journée. Alors qu'un rictus maniaque fendait sa figure affamée, ses doigts griffues se saisirent de son hachoir. Enfin, après tous ces jours de jêune, il allait pouvoir calmer les hurlements de son estomac.
Il bondit au hasard sur sa première proie, il y eut des cris, et le carnage commença.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité


Invité


MessageSujet: Re: A table ! Sam 15 Oct - 13:21

Elle n'avait aucune raison pour se trouver en Asie en ce moment même, du moins, la jeune fille ne se souvenait pas le pourquoi de sa présence ici chez sa grand-mère et à vrai dire dans son état actuel depuis son réveille, la jeune manieuse était incapable de penser à la question car elle ne sait plus comment penser. Savez-vous combien de temps pense un être humain? Non? Bah un bon nombre de fois, alors s'imaginer qu'une personne qui est incapable de penser est très surprenant voir impossible mais Kilari n'était plus capable de penser. Assise en tailleurs, la jeune manieuse regarder au loin avec un air perdu sur le visage, un air qu'elle avait toujours présent depuis son réveille. Sa grand-mère, vielle femme sage, coiffé longuement ses long cheveux de blé lui parlant de son père mort depuis maintenant un an, elle lui raconter sa vie quand il était enfant, elle parle sans s'arrêter se demandant parfois si la jeune fille l'écoutait car elle ne réagissait pas, elle fixait ce point au loin l'air "pensif". Pour tester un peu sa grand-mère lui posa des questions, de simple question qui consistait à savoir si sa petite fille était toujours avec elle et par grand malheurs aucune réponse ne sortit des lèvres de la manieuse.

Après un certain temps, la vielle femme avait abandonné d'essayer d'attiré l'attention de Kilari, elle était trop perdu dans ses "penser", elle ne répondait pas et parfois même, la vielle femme se demander si Kilari savait la raison de sa venue et si elle se rendait compte qu'elle avait beaucoup changé en un an. Des questions qui demeure sans réponse, des question qui se perde au fil du temps et qui ne reviendrons peut être jamais car personne ne sait vraiment ce qui ce passe en se moment même dans la tête de la jeune manieuse, c'est comme si elle n'était plus qu'une petite marionnette sans vie, qui agit sans penser, qui ne fait que de rester sans bouger et parfois, dans un miracle Ô combien grand de la part de la jeune fille, une réponse à la question ou la phrase donner mais parfois, il arrive que ce que dit la jeune manieuse n'a aucun rapport avec le sujet de conversation. C'était une belle journée, il était dans les environs de 15h et donc, c'était agréable d'être dehors entrain de se faire coiffer par sa grand-mère même si Kilari ne savait toujours pas sa venue en Asie...surement son instinct qui la guidé à venir ici. La petit maison; petite est un bien grand mot car elle était quand même capable d'accueillir plus de dix personnes; à l'allure de la région, prenait le soleil doucement et laissa les petits papillons d'un couleur joliment bleu clair virevolter au gré de leurs envies. Le jardin, illuminé par le soleil tapant, était d'un vert magnifique, le contraste avec la lumière donner une impression d'un coin paisible et complètement irréel.

Non loin de la maison paisible, des hurlements surgissent, des hurlements effroyables qui ne fit pas bouger d'un poil Kilari, tellement que pour elle, c'était lointain. La vielle sage, s’inquiéta alors et quand un petit garçon arriva en courant avec le visage terrifié, la vielle femme comprit que quelque chose d’inhabituel se passe dans le village. Les crainte fut fonder, un Akuhei est entrain de se remplir l'estomac en se moment même, tout les monde court de partout, il va faire un massacre, il faut l'empêcher au plus vite. La grand-mère de Kilari se leva doucement et entra chez elle comme si il n'y avait rien de grave, il revient quelque minute plus tard avec un Katana en main et se mit devant la jeune manieuse qui n'avait pas bouger d'un poil. La vielle femme se mit devant elle ce qui attira étrangement l'attention de Kilari qui la regarde avec un regard vide et perdu. D'une voix douce, la sage expliqua la situation lentement mais quand elle lui tendit le katana, la jeune fille n'avait pas l'air d'avoir comprit...enfin la vielle femme pensa surtout qu'elle avait perdu l'attention de la jeune fille et qu'elle ne l'avait donc pas écouté mais à sa plus grand surprise, Kilari avait saisi le Katana et c'était levé et partie en direction du village sans rien avoir dit.

Marchant sans se pressé, la jeune fille tenait fermement la katana en main, elle s'avança sans regarder autour d'elle, comme si elle était un petit robot programmé. Elle ne mit pas longtemps à arriver mais sur place tout le monde crier et courait comme si il avait vu un monstre et toute cette agitation attira l'attention de la jeune fille qui oublia tout de suite sa venue ici encore une fois. Tout ces gens en panique, il y avait de quoi paniquer et pourtant, Kilari resta calme et avança en les regardant sans comprendre la situation. Elle avança, doucement à travers la foule qui s'écarta d'elle comme si elle avait la peste. La jeune manieuse trouva enfin la personne qui rendait les gens comme ça et elle s'arrêta net en l'observant un long moment l'air toujours aussi perdu. Avait-il remarqué sa présence ? Aller savoir mais en tout cas la jeune Sutoko le regarder sans le voir. Tout d'un coup elle remarqua cette sphère bleu, cette âme et c'est là ou elle comprit que cette aura qu'elle sentait venait de l'Akuhei en face d'elle et elle dégaina le Katana. Bizarrement elle ne l'attaqua pas, elle attendait qu'il la remarque ou alors elle attendait qu'il l'attaque mais depuis bien longtemps elle n'attaqua pas en première, elle n'aller pas tête baiser. Très vite, elle se perdit dans ses "penser" et aucun mot sortit de se bouche, elle n'avait rien à dire, elle n'était plus que marionnette qui agit automatiquement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité


Invité


MessageSujet: Re: A table ! Ven 21 Oct - 21:58

Adrix trouvait toujours les parties de chasse amusantes. C'était toujours la même rengaine et pourtant il ne s'en lassait jamais. A peine la première victime abattue que la foule entière était frappé de silence, immobile et stupéfaite, cette petite seconde necessaire pour que le cerveau appréhende le drame qui se jouait devant leurs yeux ébahis. Et lorsqu'enfin les deux neurones nécessaires se connectaient, c'était la panique générale. Les proies affolées courraient en tout sens au hasard, de la même façon que des fourmis après un bon coup de pied dans leur nid douillet... ou plutôt, comme des petits gorets qui sentent que l'heure de finir en paté campagnard approche à grand pas et qui couinent pour échapper à leur funeste destin.
Sa tâche a lui était bien plus simple. Nul besoin de fuir, de se cacher ni même de réfléchir, il n'avait qu'à frapper au hasard et voir ce qui tomberait sous la lame de son hachoïr. Homme ou femme, adulte fringuant ou vieillard, il s'en moquait éperdument, tout ce beau monde étaient des cibles toute aussi attrayantes que les unes que les autres. Il adorait ça, bondir comme un fauve et sentir toute la terreur de sa victime à travers son regard. Le visage délectable de quelqu'un qui comprend que ça y est, l'heure de finir en steak haché sans frites est arrivé et qu'il n'y a plus d’échappatoire, la sensation du métal glacé qui tranche la chair, le sang qui éclabousse ses vêtements tout cela était un plaisir que les saints d'esprits ne pouvaient pas saisir. C'était le moyen le plus efficace, le plus radicale pour lui d'exorciser ses propres terreurs, de laisser son esprit torturé par la démence lâcher un peu de son fardeau sur les autres en satisfaisant sa faim infinie.
Un p'tit coup à gauche, une décapitation à droite et puis, après une poignée de morts éparpillés, la résistance commença à s'organiser. Ceux dont le bras était fort et l'esprit vif s'armèrent de tout ce qui pouvait leur tomber sur la main et d'une seule voix se dirigèrent vers le meurtrière. Tous étaient animés par la ferme détermination de protéger leurs êtres chers, prêts à donner leur vie pour arrêter ce fou dangereux une bonne foi pour toute. Ils étaient nombreux, il était seul avec un épluche-légume, avec des tripes, ils pouvaient l'emporter.
... ou pas. Et c'est les tripes à l'air justement que finirent les deux premiers courageux qui vinrent se frotter à l'Akuhei, ne réalisant que trop tard qu'ils avaient a peu près autant d'impact sur lui que des moustiques sur la Muraille de Chine. Lorsque les malheureux avaient frappés, le psychopathe n'avait même pas eut besoin de réfléchir. Son seul instinct animal suffisait à le guider : Esquiver les estocades maladroites et riposter aussi sec en un geste mortel, il faisait tout cela le plus naturellement du monde. Pour lui qui avait passé ces dernières années traqué par des individus extraordinaires, des élus du Dieu de la Mort en personne, quelques paysans surgis du trouducul du monde n'étaient pas des adversaires, c'étaient des amuse-gueules mobiles.
Certains prirent leur jambe à leur cou, les moins futés chargèrent, et on entendit plus parler d'eux.

---

Lorsque Kilari arriva sur les lieux du crime, elle trouva Adrix le nez plongé dans le ventre de sa dernière victime. Lorsqu'il en ressortit, il tenait un morceau d'intestin entre ses dents pointus, le visage tout barbouillé de sang. Ce gars là avait l'air si appétissant que le Dévoreur n'avait pu s'empêcher d'en prendre une bouchée sans attendre la fin de la mêlée.


*L'a un goût de saucisson tu trouves pas ?*

*Tu demandes TOUJOURS ça, pour la dernière fois, OUI les intestins ont le gout de saucisson*


Alors qu'il mâchouillait encore son entrée, il remarqua une jeune fille plantée dans la foule. La première chose qui lui vint en tête fut qu'elle devait s'être mit en tête d'imiter un poireau, mais finalement, cette théorie lui parût peut être légèrement erronée. Et puis la lame brillante du katana qu'elle tenait attira son attention. Son sang ne fit qu'un tour. Une menace ? Cette étrangère venait-elle le défier à son tour, prête à croiser le fer pour venger la mort éventuelle de proches assassiner de sa main, et maintenant qu'elle se trouvait face à son adversaire, elle était tétanisée de terreur ?! Tant de questions potentielle qui, en version Adrix donnaient a peu près ça.

*Me demande si ses intestins ont le goût de saucisson aussi*

*Raaaaah mais purée !*


*Ben non, saucisson*

*... Non rien en fait. Oublie, oublie*


Curieux face à cette imitation très réaliste de poteau à l'arme blanche, Adrix s'approcha de la nouvelle arrivante, une mine perplexe sur sa face sanguinolente.


-Dis madame, t'as le goût de saucisson ?
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A table !

Revenir en haut Aller en bas
 

A table !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» les debut de ma table de jeu .
» Projet table de jeu
» Les bonnes manières de table
» Table pour Mordheim en projet
» Ma table de démo pour Mordheim

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: [Monde Passé] :: Asie-