Partagez
 

 A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anonymous


Invité


Invité


A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey] Empty
MessageSujet: A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey] A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey] EmptyMar 5 Juin - 22:56

Histoire 1-1 : L'arrivée...


    Sombre le décor était, le silence ne faisait que traverser mes oreilles, aucune odeur ne parvenait jusqu'à mes narines, je n'avais pour seul goût que le manque de salive et j'étais incapable de me mouvoir. Je peux vous assurer que j'étais réellement bloqué, je ne pouvais absolument rien faire à part... Penser et réfléchir, mais sur quels sujets ? Quelle personne devrait parcourir mon esprit, et pour quelle raison ? Je devrais arrêter de me poser tant de questions... Après tout je peux toujours me contenter d'élucider ce qu'il se tramait par ici. Alors rectifions : je ne sens plus rien, mes sens semblent s'être tous arrêtés, je ne pense pas que quelqu'un puisse me faire cela alors que je ne suis pas de nature insouciant avec ce qui m'entoure. Et puis je crois me souvenir que je ne me suis pas endormi, dans mes derniers souvenirs je marchais paisiblement dans les rues de Death City comme beaucoup d'habitants, les marchés étaient ouverts le soir, il y avait quelques fêtes par-ci et par là, des chats qui miaulaient et des chiens qui aboyaient, des hommes qui riaient et jouaient et des femmes qui se réunissaient entre elles. Un moment très agréables pour tous, même pour moi qui suis du genre solitaire, j'arrivais quand même à sourire en apercevant quelques enfants jouer au ballon sur la place, pas loin des marchés et de leurs parents...

    Les lampadaires de la ville éclairaient parfaitement les rues presque bondées et la lune souriait toujours avec un peu de sournoiserie dans son regard, bavant comme d'habitude du sang le long de sa bouche. Je me souviens d'un moment en particulier, un petit garçon semblait s'être perdu dans les rues et il a eu le courage de me demander par où était la grande place, je lui ai souri et lui ai montré la direction en lui donnant quelques sous pour qu'il s'achète une glace. L'enfant était bien content des petites pièces de monnaie que je lui ai offert, et il partait tel un étalon de course en direction de la direction indiquée, vraiment amusant... Sans réfléchir je partais également vers la place, ne trouvant rien de mieux à faire, et c'est là que j'ai pu apercevoir un beau paquet de monde qui dansait et s'amusait comme l'être humain le fait si bien. Plusieurs filles de mon âge n'avaient pas de cavalier, et semblaient vraiment s'ennuyer, gentleman comme je suis je n'ai pas hésité à proposer une danse à ces gentes demoiselles. Beaucoup se défilèrent en croyant que j'étais peut-être « trop bien » pour elles, mais c'était faux, en tout cas une seule avait vu quel type d'homme j'étais et prit ma main, nous permettant à elle et moi de nous engager dans une petite valse fort sympathique...

    Prenant d'une main celle de ma cavalière, mon autre main posée sur sa taille et nous étions prêts à entreprendre une danse s'adaptant au ton de la musique ainsi qu'à l'ambiance. La douce demoiselle m'accompagnant appréciait particulièrement cet instant rempli de nostalgie, même si elle était avec un inconnu. Je pouvais à certain moment humer délicatement le tendre parfum de cette inconnue en la trouvant euphorisante, agréable. Lorsque la danse prenait fin, elle se contentait de me regarder dans les yeux et de laisser un petit baiser sur ma joue, repartant en direction de ses amies. Je ne lui en voulais pas vraiment, j'étais même très content d'avoir réussi à la satisfaire de part cette petite danse. Néanmoins, j'ai dû prendre la fuite car le reste de la troupe de demoiselles esseulées couraient toute dans ma direction, probablement pour faire une danse en ma compagnie. Je n'arrive toujours pas à croire que lorsque je les ai semées, j'avais quelques gouttes de sueurs coulant le long de ma tempe, presque gêné. Enfin bon, je devais sûrement être stressé, donc par réflexes je sortais mon paquet de cigarette pour en mettre une entre mes lèvres et de l'allumer avec mon briquet, inspirant et expirant la fumée, d'un seul coup la pression était tombée...

    Enfin bref, je parle et je parle mais... Non, je suis en train de penser là, je ne peux pas parler puisque j'ai la gorge trop sèche dans ces ténèbres. Mes souvenirs... Ils manquent une partie... Ah si je crois m'en souvenir, alors que je fumais tranquillement sur le toit d'une maison, j'aperçus une vive lumière bleu ciel s'élevait dans le ciel, illuminant la ville. On pourrait croire à un feu d'artifice, mais cela n'avait absolument rien à voir, la ville commençait à trembler entièrement, comme si une énorme, que dis-je, une puissance dépassant l'entendement était sur le point d'exploser. J'ai eu à peine le temps de laisser ma cigarette tomber de mes lèvres avant de me prendre une puissante rafale dans la face et puis plus rien, le noir complet... Le noir où je suis actuellement en faite. Mais c'est étrange, depuis quelques secondes j'entends comme un bruit d'eau... De l'eau ?!...

    Histoire 1-2 : Que des problèmes...


    Oui... Je reconnais ce son, c'est celui de l'eau qui nous entoure et qui ne compte pas nous laisser, cette même eau qui me surveille, où que je sois. J'ai l'habitude de nager après tout, donc je sais de quoi je parle, je suis issu d'un village avec un port, dont les activités principales étaient la pêche et la plongée. Par moment je partais à la découverte de fonds marins en compagnie de ma mère, elle était tellement douée pour dénicher les poissons et savaient parfaitement où se nichait les dauphins, animaux d'une grande beauté, d'une pureté presque inégalable. Par moment ma mère me prenait le bras sous l'eau pour m'amener près d'eux, et même me laisser en monter un, je n'arrive toujours pas à croire à quelle vitesse ils sont capables d'atteindre sous l'eau, j'ai même failli perdre mon souffle dans certains moments. Je n'aurais pas été étonné d'apprendre que leur deuxième nom c'est « torpille ». C'est... vraiment de très bons souvenirs, le genre de choses qui n'arrivera plus jamais pour moi en tout cas...

    Enfin bref, petit à petit je retrouvais mes sens, l'odeur de l'eau salé, le goût de ma salive, la sensation de toucher quelque chose fait de bois, et comme je l'ai dit précédemment, celui d'entendre l'eau couler. Soudain, j'entendais une sorte de déclic, puis la chose dans laquelle je me trouvais s'ouvrait complètement, se remplissant si brutalement d'eau. Je retenais au plus vite ma respiration et sortait de cette espèce de cercueil dans lequel je me trouvais. Je regardais autour de moi, voyant que j'étais dans le fond de la mer, pas très loin du sable tout en bas. Mon premier réflexe : remonter à la surface. Je battais des pieds comme je le pouvais, laissant mes bras se coller le long de mon corps et expulser l'air par les narines. On ne croirait pas aux premiers abords mais c'est l'une des façons les plus rapides de remonter à l'air libre, quand on n'a pas l'équipement adéquat. Et puis finalement, je me suis retrouvé à l'air libre en moins de quinze secondes, magnifique non ? Quand je vous dis que c'est l'un des moyens les plus rapides...

    Lorsque j'inspirais une nouvelle bouffé d'air, j'essayais de regarder au loin, tentant désespérément de comprendre dans quelle situation je me trouvais à l'instant, après tout ce n'est pas tous les jours qu'on se réveille dans un cercueil au fond de l'eau... Plutôt que de trop réfléchir, je devrais plutôt me rendre à la plage que je pouvais apercevoir un peu plus loin à l'horizon, à moins de cent mètres environ. Sans tarder je nageais en apnée dans la bonne direction, après tout on est plus rapide sous l'eau. Après quelques minutes j'ai fini par atteindre le rivage, complètement trempé, je dirais même jusqu'au os. Mes habits collaient à ma peau, telle une vulgaire algue qui ne voulait pas vous lâcher, ils étaient également devenu lourds, surtout pour le haut. Donc sans perdre de temps je déboutonnais ma veste qui faisait un peu office de débardeur pour la retirer puis dénouer ma cravate et pour finir enlever ma chemise noire. J'observais mon torse à présent nu, apercevant brièvement quelques gouttes d'eau glisser le long de mon corps, passant par mes cicatrices. J'avais aussi quelques gouttes froides qui coulaient sur mon visage, par mes cheveux. Je m'étirais en levant haut les bras, ne tardant pas à entendre quelques craquements au niveau de mes membres et de mon cou, avant de laisser retomber mes bras le long de mon corps, j'étais un peu exténué...

    Après tout, qui ne serait pas fatigué ? Quand on fuit à un groupe de demoiselles, puisqu'on se prend une sorte d'explosion dans la tronche, qu'on se réveille dans un cercueil sous l'eau... Bref, fallait que je dés-tresse, donc sans hésiter je fouillais dans les poches de mon pantalon mouillé mon paquet de cigarette, avant de me rendre compte qu'il avait lui aussi prit l'eau... Inutile je le lançais de mon bras droit au loin, énervé... C'est à ce moment-là que j'ai remarqué une sorte de tatouage sur mon bras... Une sorte de pentagramme avec une date en dessous... Mais difficile de lire à l'envers, donc je n'ai pas réellement cherché à savoir ce qu'il signifiait mais cela me perturbait tout de même... Autant que le fait que je me sois réveillé sous l'eau, ou presque. Enfin bref c'était pas le plus important, ce qu'il fallait à présent c'est savoir où je me trouvais, et sans attendre j'enroulais tout ce que j'avais comme haut autour de ma taille et faisait un noeud assez serré avec pour ne pas les perdre, j'avais atterri sur une sorte de plage, je ne savais rien d'autre pour l'instant. Donc j'ai marché, pas le long du rivage car ce serait inutile, mais plus vers le centre de ce qui semblait être une île. Après avoir quitté le sable chaud et quasi-présent sur la plage, et surmonter une assez grande colline recouverte d'arbres bien solides, j'ai fini par atteindre une immense ville, semblait très riches. Pourquoi ? Et bien c'est très simple, il n'y avait que de très grands bâtiments, voir des grattes-ciels, bien que le tout de la ville gardait un aspect assez urbain et civilisé...

    Je parcourais cette ville, toujours torse nu parce que mes habits n'allaient pas sécher de si tôt. Il y avait un peu de tout dans cette ville : des voitures, des motos, des magasins, des restaurants, des immeubles, des musées, des écoles... Je pourrais presque devenir une sorte de guide touristique pour vous tellement j'avais envie de découvrir les moindres recoins de cette ville, mais après quelques heures, une sorte d'homme habillé en ce qui semblait être un policier m'attrapait l'épaule, sortant sa matraque. J'haussais légèrement le sourcil, me demandant ce que j'avais encore fait... Peut-être était-ce parce que j'étais à moitié à poil, ou que ma tête ne lui revenait pas... Enfin bref, je me suis tourné vers lui, l'air calme, avant qu'il n'inspecte mon tatouage et me dit avec sa voix grave :

    « Police locale de l'Australie, tu vas me suivre en garde à vue mon gars... »


    Je tournais un peu le regard sur les côtés pour apercevoir d'autres hommes, armés, m'encerclant peu à peu. Franchement cela me fatiguait encore plus... Pour une fois que je n'avais rien fait d'illégal, il a fallu qu'on me chope alors que je sois innocent, mais je n'ai pas vraiment envie de moisir en garde à vue avec des toutous stéréotypie dans leur genre. Malheureusement pour le gentil policier devant moi, je passais mes mains derrières sa tête en l'amenant vers moi et en affligeant un violent coup de boule sur son pif, l'envoyant valser au sol. Sans tarder ses copains ont rappliqué, mais j'attrapais le bras du policier pour l'utiliser comme arme et le pousser sur ses compagnons qui le rattrapèrent et pouvoir l'utiliser comme trampoline et passer par-dessus le cercle de policier et entreprendre une fuite. Je courais tel un lièvre pour tenter d'échapper à ces flics, mais pas moyens ils savaient courir eux aussi.

    Je savais qu'ils approchaient, donc je me retournais en joignant mes mains l'une contre l'autre et de leur lancer un filet de fer qui les bloqua pendant un instant...

    « Tiens, on est coincé hein ?! »


    Sur cette phrase je courais dans la petite ruelle sur ma droite et lorsque les policier allaient me suivre, au lieu d'aller à l'autre extrémité de la ruelle, j'utilisais mes fils de fers pour grimper rapidement sur le mur en sautant quelques fois pour une petite accélération, et ainsi atteindre le toit d'un édifice, peut-être au-dessus de plusieurs appartements, je ne savais pas... Je jetais un rapide coup d'oeil en bas, dans la ruelle, voyant les flics courir de l'autre côté de la rue, ils se sont vite débarrassés de mon filet, après tout il n'est pas censé durer très longtemps... C'est bien ma veine tout ça, me voilà coincé en Australie, alors que j'étais à Death City, je suis arrivé ici dans un satané cercueil et je ne sais absolument pas ce qu'ils me veulent, c'est bien ma veine... Et en plus, j'ai l'impression que d'autres choses vont bientôt arriver. Sans perdre de temps je passais ma main sur ma blessure, gémissant légèrement sous la douleur et tentait de retirer la balle, je serrais les dents pour ne pas faire trop de bruit mais finalement je n'y arrivais pas, mes bras n'avaient plus de force... J'avais besoin d'un peu de repos... Juste un peu...

    Spoiler:
     


Dernière édition par Walter S. Sing le Dim 17 Juin - 15:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Keira Knowledge


Féminin
Messages : 311
Age : 22

Feuille de personnage
Expérience :
A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey] Left_bar_bleue3500/3500A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey] Empty_bar_bleue  (3500/3500)
Points Job:
A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey] Left_bar_bleue5601/6500A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey] Empty_bar_bleue  (5601/6500)




A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey] Empty
MessageSujet: Re: A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey] A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey] EmptySam 9 Juin - 1:51

-Musique d'intro -

Il n'y a pas meilleure manière de découvrir les ruelles d'une ville qu'en se faisant courser par des gardes bien armés. C'est fout ce que c'est motivant et on devient soudainement très attentif aux alentours, la moindre fenêtre, le moindre lampadaire, la moindre porte. Tout peut faire office de porte de sortie. Les rues étaient malheureusement pas si bondées qu'elle l'aurais voulu ce qui l'aurait bien aidée a semer ses poursuivant qui ne semblaient pas vouloir la lâcher d'une semelle. Elle dépassait les gens, les poussant à coup d'épaules ou simplement se glissant rapide comme le vent a quelques centimètre d'eux, du moment qu'elle ne perdait pas de terrain. Ses bottes à talons résonnaient sur le trottoir tandis qu'elle courait, quel dommage pour d'aussi jolies bottes d'être aussi inutiles dans ce cas puisqu'elle ne pouvait pas compter sur la discrétion. Alors elle courait. Pas vraiment son option favorite, mais c'était mieux que de se battre en pleine rue, rameuter les flics et faire sauter toute l'opération. Chose bien dommage puisqu'elle aurait adoré leur coller une raclée. Ne serait-ce que pour le fun. Mais comme elle avait déjà merdé une partie de ladite mission, autant ne pas aggraver son cas. Se faire repérer ne faisait absolument pas partie de son plan, enfin du plan qu'elle devait suivre. Détaillé de A à Z, jusqu’à sa couverture et son déguisement sur le sol Australien. A présent, elle n'était plus Keira Knowledge, sorcière de la Brigade Prestige mais Evelynn Williams, serveuse dans les bars malfamé et connu pour leur clientèle spéciale. Vêtue d'un simple t-shirt rouge aux manches et au col "destroy" jean noir asymétrique qui sur une jambe était aussi court qu'un micro short et de l'autre arrivait jusqu'au chevilles. Elle avait caché son tatouage avec une mitaine en cuir qu'elle avait enfilée sur la main gauche assez longue mais pas trop pour qu'elle n'attire pas vraiment l'attention. Des bottes noire à talon relativement petit puisqu'elle pouvait courir aisément sans risquer de se fouler la cheville. A sa ceinture, sur le coté droit est attaché avec des chaines en métal un livre noir qui semble ancien fait de cuir et dont la couverture est renforcée de métal, son grimoire, le seul truc tape à l'oeil dans sa tenue déjà bien étrange. Ses cheveux simplement retenu en une queue de cheval volaient derrière elle, sa frange se collant à son visage, ne la gênant pas tant que cela du à l'habitude. D'une main elle tâta distraitement sa poche et fut rassurée de sentir l'espèce de machin.. comment ils appelaient ça ? Oh et zut elle en savait rien, hormis le fait que ce petit machin métallique contenait de précieuses informations, point. Ainsi, elle courait donc, sachant pertinemment que les gardes armés derrière elle ne pouvaient tirer tant qu'elle restait près des civils mais cela ne durerait pas pour très longtemps de toute manière. Ainsi, une sortie s'ouvrait enfin! Elle commençait à désespérer la pauvre, et aussi a se retrouver a bout de souffle. Elle sentait venir le sale poing de coté venir qui handicaperait inévitablement, et la fin serait alors proche.

Certes il est légitime de se demander comment elle à pu en arriver la. Le vol dudit machin métallique dans un bar était la seule solution pour elle sur le court terme. Se faire prendre la main dans le sac en revanche, ne faisait pas du tout partie du plan, bien qu'ils l’auraient découvert tôt ou tard. Mais de la a se faire surprendre par une simple humaine, sa soit-disante" patronne" et se faire dénoncer dans la minute qui suit n'était pas du tout ce qu'elle avait voulu et aurais bien aimé qu'elle puisse revenir en arrière et changer le cour des choses. Une erreur de débutante, qui l'enrageait, plus que tout, et lui donnait la volonté de courir encore plutôt que de tout défoncer sur son chemin. Qu'est-ce que cela soulagerait. Elle soupira de frustration tandis qu'elle se décida enfin a bouger, le temps jouant contre elle peut importe ses actions. Elle fit le tour d'un bâtiment et trouva, avec grand plaisir, un escalier à incendie à l'arrière qu'elle se mit à grimper les marches quatre à quatre. Le bruit de pas se rapprochèrent et une pluie de balles commença à pleuvoir sur elle, ce qui la força a se baisser la ralentissant momentanément, puisqu'il n'y avait plus de civil potentiellement en danger à ses côtés. Les balles ricochaient sur les escaliers et les barres de métal, la frôlant, de près, devant souvent se stopper et attendre une accalmie pour continuer son ascension.

Enfin, ils commencèrent à monter eux aussi, ce qui redonna des ailes à la sorcière pour foutre le camp le plus vite possible. Elle arriva au bout de ce qui lui avait semblé une éternité sur le toit et ne traina pas pour courir, son corps aux éraflures plus ou moins graves, due a une chance de chien si on peut dire, commençait à salement la tirailler. Rien à voir avec une douleur vive, mais plus le genre de douleur sourde qui commence doucement et qui ne vous lâche pas d'une semelle. Haletante, elle pris son élan et croisa les doigts et les orteils avant de se lancer, sans activer sa magie pour ne pas se retrouver avec l'Inquisition sur le dos. Tout mais pas ça, cette saloperie d'Inquisition est le cauchemar pour toute sorcière qui se respecte. Attention, lorsqu'elle parle de l'Inquisition elle fait simplement référence à la chasse aux sorcière autorisée un peu partout. Donc, durant une terrifiante seconde, elle cru qu'elle n'y arriverait pas. Heureusement que les toits sont proches dans cette ruelle parce que sinon, la mort assurée. Sauf que, ce fut au moment ou ses pieds allait toucher le sol qu'un balle l'atteint à l'épaule et la projeta en avant, poussant alors un grognement sous le choc, tomba à terre et roula pour se mettre à couvert derrière une grosse bouche de ventilation. Tentant alors de se remettre debout, une main sur l'épaule gauche qui saignait abondamment elle se retrouva face alors à un homme, lui aussi blessé apparemment si elle devait en juger bar le sang qui coulait sur son bras. Elle entendait une clameur étrange venir d'en bas, et tandis qu'elle renonça a se mettre debout, préférant mettre un genoux à terre elle lança un sourire contrit à l'homme, quitte a perdre du temps. On ne sais jamais si il a une idée en tête ou des informations.


" Apparement je ne suis pas la seule à avoir des ennuis."

Un autre coup de feu la força a se cacher encore plus derrière la bouche d'aération ouverte dont sortait un courant d'air chaud a faire suer n'importe qui en quelques secondes. Marmonnant conter son sort elle maugéra dans son coin à la recherche d'une idée elle aussi.

" Quelle ville de merde quand même.."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astrea E. Rhapsodius


Messages : 31

Feuille de personnage
Expérience :
A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey] Left_bar_bleue440/500A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey] Empty_bar_bleue  (440/500)
Points Job:
A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey] Left_bar_bleue680/770A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey] Empty_bar_bleue  (680/770)




A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey] Empty
MessageSujet: Re: A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey] A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey] EmptyJeu 14 Juin - 17:22

Retrouvons notre sorcière favorite, future rock star et étoile en pleine ascension dans le milieu judic... euh de la musique en voyage. Cette dernière avait décidé de prendre la direction de Las Vegas afin de se faire une renommée pour ses chansons aussi abracadabrantes que peuvent l'être celles tirées de l'esprit d'une sorcière en pleine adolescence ayant des rêves chimériques en tête... Eh ! C'est pas des rêves chimériques... Mais qu'est-ce que ça veut dire "chimériques" ? Peu importe ! Le fait est qu'en ce moment tu voles vers Las Vegas... Ou du moins, le pensait-elle. Car, la demoiselle que voici était dépourvue de sens de l'orientation. Aussi, sans le savoir se dirigeait-elle vers l'Australie.

Déjà, les landes désertiques de cette île étaient visibles. Astrea fronça alors les sourcils et renifla légèrement. Puis, elle inspira profondément. Terre en vue moussaillon ! Préparez-vus à amarrer. Elle fonça vers le sol et découvrit... pas grand chose en faite. Que dire d'une étendue de roche parsemée ça et là de broussailles ? Rien. Sauf peut-être... Où sont les kangourous ? Que veux-tu que je te dise petite ? Ils sont occupés avec leurs familles. Ah d'accord... et je ne suis pas petite ! Allez va ! Si tu veux voir tes kangourous va voir de l'autre coté de l'ile. Youhou ! Aussitôt dit, aussitôt parti. La sorcière a enfourché son balai et démarrai déjà, pied au plancher aurais-je dit s'il y avait un plancher. Quoiqu'il en soit elle partait à la recherche de kangourous. Elle faillit en perdre espoir jusqu'à ce que...

Boing... boing... boing ! Que voilà, un groupe de kangourous. Ils sautillaient à l'unisson vers on ne sait où lorsque Astrea atterrit devant eux. Ils se stoppèrent immédiatement et se regardèrent. Un de ses animaux s'approchèrent d'elle. Il s'ensuivit une discussion d'homme à animal. Ou un étrange lien fut tissé...

Des hurlements de nombreuses personnes. Il y avait foule qui courait, cherchant à s'enfuir. S'enfuir face à qui ? Rien de moins qu'une meute, si l'on put utiliser ce terme, de kangourous qui déambulait dans la ville et, dont le chef de la file était chevauché par une certaine sorcière que vous connaissez bien. Tandis qu'elle bondissait de voiture en voiture, elle aperçut non loin de là deux silhouettes coincés sur un toit par la police. Elle murmura quelque chose au kangourou qui poussa un cri étrange, le poing levé. Ensuite, elle quitta son dos pour sa guitare et alla au secours de ces jeunes gens. Astrea invoqua un nuage géant qui enveloppa les policiers tout juste arrivés sur le toit. Puis, elle fit signe aux victimes. Hé ho les tourtereaux ! Venez vite avant qu'ils ne sortent du nuage. Ça ne les retiendra pas longtemps.

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous


Invité


Invité


A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey] Empty
MessageSujet: Re: A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey] A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey] EmptyVen 15 Juin - 14:03

Comment –me direz-vous- une Russe peut bien se retrouver en Australie ? Tout simplement parce que son père, un peu trop protecteur, n’a pas voulu la laisser seule pendant sa semaine en Australie et qu’il l’a emmené elle et son grand-frère se faire bronzer sur les belles plages au lieu de plus ou moins se geler dans la toundra natale. En gros : la surprotection des parents avait parfois du bon. Surtout quand tu te retrouvais surveillée par ton frère qui à 27 ans et qui n’en a rien à carrer de sa petite Sasha et qui m’avait laissé faire ce que je voulais. Soit me laisser aller me balader comme je voulais. Du coup je me retrouvais sous le soleil, en short court et en débardeur bleu avec une glace en train de me balader, surveiller discrètement mon portefeuille dans la poche arrière de mon pantalon : c’était un endroit touristique donc des pickpockets il devait y en avoir un tas. Et des pervers ?
S’il y en avait un il devait être pour moi vu que je venais de sentir une main sur mon derrière et une autre qui m’attrapais par l’épaule. Un réflexe de défense voir un peu plus : je me retournais d’un coup et envoyais mon pied dans l’entrejambe de mon agresseur. Celui-ci qui n’était autre que Camille, mon grand-frère. On va dire qu’il y a eu un moment de blanc ou tout le monde s’est retourné vers nous. Il s’est plié en deux avec un regard meurtrier et la seule chose qu’il a trouvé à dire c’est :

- Cours

On va dire que je ne me suis pas fait prier parce qu’en général quand il parle comme ça c’est que je vais passer un sale quart d’heure. La dernière fois qu’il a dit ça j’ai passé la journée enfermée dans les toilettes pour ne pas qu’il m’attrape. Mais cette fois-ci j’ai pas trouvé de toilettes et j’ai couru. J’ai couru dans la ville, parce que c’était cool de courir mais aussi parce qu’il avait fini par se relever et qu’il était tout de même pas si loin que ça. Du coup j’ai trouvé une petite échelle pour monter sur les toits et j’ai grimpé. C’était pas mal la vue d’en haut, je trouvais les gens plus petits mais je voyais la tête blonde qui arrivait et qui m’avait vu aussi. Du coup je me remis à courir, hésitant à chaque fois que je devais passer d’un toit à l’autre, évitant les velux et autres trucs qui étaient posés dessus. Je me retournais tout de plus de temps à autre si bien que je ne vis pas la fille qui était devant un étrange nuage verdâtre. Enfin si je la voyais mais on va dire que lorsque je l’ai vue c’était trop tard. J’ai essayé de freiner mais c’était trop tard : j’ai pas pu m’empêcher de sauter dans le vide. Pour ne pas me manger je m’accrochais à la jeune femme qui semblait suspendue dans les airs et tombais avec elle dans le nuage vert.

J’ai roulé autant que je le pouvais pour ralentir ma chute avant de me relever. Je ne voyais vraiment rien mais je crois que j’avais marché sur quelque chose… En même temps on ne voyait rien dans ce nuage pourri.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous


Invité


Invité


A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey] Empty
MessageSujet: Re: A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey] A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey] EmptyDim 17 Juin - 20:49

Histoire 1-3 : Des oreilles qui sifflent...


    J'ai mal aux oreilles... J'ai l'impression d'avoir reçus un coup de marteau sur la tête, ou qu'on m'a directement frappé dans les tympans... Cela n'empêche que je souffre le martyre en aillant du mal à différencié ce qu'il y a autour de moi, tout semblait si flou... Je suis fatigué. J'avais envie de dormir certes, mais je savais que je ne devais pas fermer les yeux, sinon je risquais de me réveiller dans une cellule, car oui je suis toujours poursuivi par les gentils policiers de l'Australie. Ils étaient rapides les enflures, et ils savaient bien viser... La preuve, y en a au moins un qui m'a touché à l'épaule, ayant pour résultat de mettre une balle dans mon corps et de me faire saigner à mort. Quel bordel quand même, dire qu'ils me poursuivent avec une telle organisation juste parce que j'ai frappé un de leurs collègues... Les lois ont autant changé depuis cette soudaine explosion à Death City ? Ou alors... Peut-être qu'elles n'ont jamais existé, si ça se trouve je me suis retrouvé dans un merdier pas possible depuis que je suis sorti du cercueil...

    Enfin bon, à quoi bon tenter d'éclaircir le sujet si on ne sait rien... Après tout je ne suis qu'un mercenaire, une arme démoniaque qui accepte le moindre boulot, j'ai appris à ne jamais poser de question... C'est peut-être à cause de cela que je me retrouve dans cette situation, si j'avais su poser les bonnes questions aux bons moments. De toutes façons ce qui est fait est fait, et puis cela n'avait peut-être aucun rapport avec ce qu'il se passait actuellement, mais je suis fatigué. Je sentais le sang couler le long de mon dos, et la balle chaude toujours présente dans mon épaule, il fallait que je la retire et vite. Donc sans vraiment tarder je me redressais pour être un peu mieux à l'aise dans une position assit, les jambes croisées. Je penchais le haut de mon corps vers l'avant tandis que j'enfonçais rapidement mes doigts dans ma blessure en serrant les dents. C'était une douleur relativement insupportable, le fait de sentir ses propres doigts traverser la chair trouée et finir d'attraper l'objet métallique, après environ quinze secondes...

    Mais la douleur était toujours présente, je n'avais pas vraiment des mains de médecins, et pas d'outils à disposition. Je sentais la balle gigotait dans ma blessure à cause du fait que j'essayais de la retirer délicatement. Néanmoins, j'en avais marre un moment donné et j'ai fini par arracher brusquement la balle de mon épaule, la gardant dans le creux de ma main. Bien évidemment que cela m'avait fait encore plus mal que d'aller la chercher, mais je tentais de serrer assez fort les dents, sans me mordre la langue, pour espérer de ne pas alerter les flics. J'étais un peu essoufflé je dois l'avouer, et puis le sang continuait de couler, mais je m'en moquais un peu franchement, après tout chaque chose en son temps. J'inspirais profondément pour tenter de stabiliser ma respiration, je devais me calmer. Je levais un peu la tête, apercevant une nouvelle fois ce magnifique soleil, il semblait réellement jovial, son sourire rayonnait en quelque sorte... Tout le contraire de moi quoi.

    M'enfin, c'était pas comme si j'étais jaloux, ce serait vraiment stupide de l'être d'un soleil, après tout cela devait être une tâche bien ennuyante, être un soleil... Surveillé le monde, prendre la peine de l'illuminer, de l'observer... Parfois il rit, parfois il soupire, parfois il laisse sa place à la lune... Je ne pourrais pas vivre une telle existence, rester dans un cycle c'est... Comme si on laissait la nature nous manipuler, ce que je n'accepte pas. Je suis tout à fait libre de faire mes choix, mais personne ne me forcera à en prendre une contre mon gré. En y repensant, tout ce que nous faisons dans notre vie, même le fait de prendre un petit déjeuner, de se coucher, de parler... Ce sont des choix que nous faisons... Instantanément, automatiquement presque. Si cela se trouve nous sommes tous des robots, de simples jouets, des marionnettes... Je me demande qui est celui qui nous manipule, j'ai ma propre idée mais e préfère attendre sagement avant de parler et d'agir en conséquence... Et puis, si les hommes sont contrôlé, alors moi j'utiliserais mes propres fils pour me détacher des autres, tel est le pouvoir qu'on m'a accordé à ma naissance...

    Histoire 1-4 : Sauter, gueuler, assommer... Tout se ressemble.


    Alors que je méditais sur la vie ainsi que sur la nature, je pouvais entendre quelque chose tomber brusquement sur le toit où je me situais. Étant assez bruyant, je tournais ma tête vers l'origine du son et pouvait apercevoir, à ma grande surprise, une femme. D'habitude je ne me méfierais pas d'une demoiselle mais celle-ci semblait... Spéciale. Il suffisait de voir ses habits, un haut en rouge, un pantalon auquel il manque le tissu pour recouvrir l'une de ses jambes. Au début je dois avouer que je pensais qu'elle faisait partie des forces de l'ordre, après tout elle était arrivée à l'improviste sur le même toit que moi. Mais lorsqu'elle regardait dans ma direction, je serrais légèrement le poing, prêt à déguerpir si elle sortait les menottes, mais elle n'en faisait rien. Elle me souriait en affirmant qu'elle ne semblait pas être la seule dans ce genre de bordel, je pense qu'elle me désignait. D'ailleurs je pouvais déjà entendre les renforts des policiers rappliquer, si bien que des coups de feus s'ensuivirent, en direction de la demoiselle se cachant derrière une bouche d'aération. Une balle se logeait contre le mur sur lequel j'étais adossé, près de mon visage...

    Je souriais à mon tour, je devrais remercier cette demoiselle, grâce à elle j'ai pu sortir rapidement de cette méditation, celle que je m'étais imposée sans que je ne le remarque avant qu'elle n'arrive. J'inspirais pour expirer et reprendre mon sérieux, tandis que je sortais de ma poche mon briquet qui ne semblait pas trop avoir pris l'eau, heureusement. Je l'allumais et observait la flamme avec une certaine admiration pour elle. Après tout quel est le rôle du feu ? Quel est son pouvoir ? Une étincelle ne représente rien, tant qu'elle ne part pas sur des choses inflammables, comme de la paille ou des poils. Une étincelle peut se transformer en flamme, une flamme qui peut commencer à brûler une personne, avant de la consumer pour finalement devenir un brasier. Le feu est une arme, c'est un pouvoir qui n'a aucune limite, sa seule existence est de détruire, peu importe comment on le voit, le fait est là. Même quand j'allume une cigarette pour fumer, le feu fait disparaître petit à petit la cigarette, même si le but étant de produire de la fumée pour que je l'inspire, cela reste pareil...

    Cela à présent quelques secondes que je maintenais le briquet allumé, sentant la chaleur du métal supportant la flamme devenir de plus en plus chaud, voir même brûlant. Je continuais d'observer cette flamme maintenue en vie par le gaz s'échappant du briquet. Puis je me levais en titubant légèrement et en regardant la jeune demoiselle face à moi, et d'un coup poser la flamme ainsi que le métal brûlant contre ma blessure, serrant les dents ainsi que le poing. Cela faisait aussi mal que de recevoir une balle, mais en retirant le briquet ensuite, ma plaie avait, disons... Cautérisé, histoire qu'elle ne me gène plus par la suite. D'ailleurs la douleur m'avait bien réveillé, je ne tremblais plus, mes paupières ne tombaient plus toutes seules et mes oreilles avaient cessé de siffler. J'étais donc de nouveau opérationnel, ma blessure ne s'était pas entièrement refermé, je prenais donc la peine d'utiliser ma chemise pour faire un garrot. Je regardais la femme et voyait que les policiers nous avaient un peu encercler, mais bizarrement je n'avais pas envie de l'aider... Ou plutôt, je ne ressentais pas à travers son regard le besoin de lui donner un coup de main, comme si mon instinct me disait qu'elle pourrait se débrouiller seule...

    Bref, plus rien ne me retenait sur ce toit, il était donc temps de mettre les voiles. Je reculais pour prendre un peu d'élan, me préparant à sauter par-dessus le toit pour atteindre directement une ruelle, mais une sorte de nuage avait recouvert le toit, bloquant ma vue. J'entendais une voix m'ordonnant de partir d'ici, bien que le terme me désignant moi et l'autre demoiselle sur le toit était quelque peu prématuré. Bref, j'écoutais la voix et commençait à me ruer vers le bord du toit, bien que quelque chose tombait sur moi par surprise. Je serrais le poing en soupirant, me demandant « Mais qu'est-ce que ça peut être cette fois ? » Je n'ai pas eu besoin de beaucoup de temps avant de sentir quelques formes contre mon corps, m'affirmant que c'était deux filles qui étaient tombées sur moi. Chance ou malchance ? Pas le temps de réfléchir, un seul but dans ma tête : courir. J'attrapais les deux mains des deux personnes sans même me soucier de qui cela pouvait être et les aider à se relever avant de leur dire à vive voix : « Sautez ! » ... En tout cas c'est ce que j'avais fait, je bondissais hors du toit pour atterrir par mégarde sur un policier dépêche au sol. Il était tombé par terre tandis que je posais mon genou sur son buste pour le bloquer et le frapper violemment au visage avec mon poing...

    Je ne savais pas si elles m'avaient suivie, ni même qui étaient mes alliées pour mes ennemies, mais en relevant la tête je pouvais apercevoir le bout d'une matraque me frappait directement au visage, m'envoyant planer de quelques mètres en arrière. Une sorte de gorille se présentait face à moi, un homme en tenue de policier, bien baraqué. Matraque à la main, lunettes sur le nez, cigare à la bouche... On pouvait dire qu'il ne négligeait pas son apparence celui là. Je me relevais en essuyant le sang qui coulait de ma propre bouche, ayant une marque rouge vif sur ma joue touchée...

    « Toi mon gros tu vas morfler, prépare toi à ne plus te servir d'une matraque avant quelques mois ! »


    Choses dites, choses en cours d'être faites ! Je fonçais sur ce fameux policier en laissant mes bras pendre derrière moi, les fils commençant à se former sur mes doigts. Une fois assez près, l'homme tentait de me frapper avec sa matraque une nouvelle fois, faisant grand arc de cercle de droite à gauche, je pilais sur l'instant, sentant l'arme frôler mon nez sans pour autant le toucher. Mais il enchaînait en essayant cette fois-ci de me toucher en attaquant verticalement de haut en bas. Impossible d'esquiver le coup cette fois-ci donc je décidais de mettre mes deux avant-bras comme bouclier, placé contre mon épaule pour une solide défense, mais le coup était lourd, très lourd. Je sentais mon genou fléchir un peu sous la pression la vive douleur traversant mon corps à partir de mon épaule ainsi que mes bras, mais je le bousculais en poussant sa matraque sur le côté et passer mes fils entre sa jambe droite. Et en tirant brusquement et en forçant beaucoup, car il fallait avouer qu'il était costaud le gorille, j'ai réussi à le déséquilibrer pour qu'il fasse le grand écart, le premier de sa vie je pense vue la tête qu'il a fait...

    Ne voulant pas le laisser de répit, histoire de me venger bien comme il le fallait, je passais mes mains derrières son crane rasé et plaquer violemment mon genou contre son pif, sentant sa peau s'écrasait contre ma jambe et le faire s'écrouler au sol, le sang coulant abondamment du nez. Je regardais autour de moi, apercevant assez rapidement une sorte d'immeuble en construction, un immense chantier, je me tournais vers le toit sur lequel j'étais :

    « Le champ est libre par ici ! »


    Et sans réfléchir je courais comme je le pouvais en direction du chantier, ne regardant pas derrière moi pour voir si quelqu'un me suivait...

    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
Keira Knowledge


Féminin
Messages : 311
Age : 22

Feuille de personnage
Expérience :
A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey] Left_bar_bleue3500/3500A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey] Empty_bar_bleue  (3500/3500)
Points Job:
A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey] Left_bar_bleue5601/6500A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey] Empty_bar_bleue  (5601/6500)




A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey] Empty
MessageSujet: Re: A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey] A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey] EmptyMer 27 Juin - 14:15

On peut dire que la demoiselle était dans la merde jusqu'au cou. Et l'homme devant elle ne semblait pas être le bon pigeon qu'elle attendais. En temps normal, n'importe qui aiderait une jeune femme aussi peu vêtue, certe pour des raisons plus qu'évidentes et qui n'ont rien a voir avec de ce que l'on entend par "chevalerie". Tout ce qu'il fit fut d'allumer un briquet, de regarder bêtement la flamme avant de plaquer ledit briquet sur sa plaie. Apparement, il tentait de la cautériser, il devait souffrir comme un chien. Ah, comme sa blessure en quelque sorte, on dit que le choc reçut lorsque l'on se prend une balle disparaît assez vite. Comme quoi les endorphines c'est le pied mais elles commencaient à manquer, très vite chose qui pourrait se révéler fatale pour elle. Lentement elle se releva en titubant, les balles continuant de marteler inlassablement la bouche d'aération. Décidément ils ne lâchaient pas le morceau, et pas aussi intelligent qu'ils semblent l'être. Soudain, quelquechose changea dans l'air et sans grande explication elle se retrouva dans un nuage et une voix féminine rententit un peu plus haut, donnant l'ordre de se sauver, et de désigner le jeune homme et a sorcière d'une manière bien étrange. Peu importe puisqu'elle qu'elle vient de voir une porte de sortie, soudaine et imprévue, mais qu'elle se devait de saisir. Tout plutôt que de se laisser canarder sans rien faire. Sur un terrain aussi découvert, rien n'y fait elle est désavantagée, et ses boucliers ne pourrons tenir indéfiniments face a une pluie de balles continue. Lentement, prenant garde à ne pas tomber, elle se redressa et courut tendis que des balles sifflaient dans son dos, les flics n'ayant pas cessé de tirer malheureusement. Etrangement, elle entendis non loin d'elle un bruit sourd et un froissement de vêtement et d'objet qui heurtait assez violemment le sol. Intriguée elle se stoppa et se baissa quelques instants, craignant que cela ne soit ses poursuivants. Un "Sautez" tonitruant la rasséréna et elle devina que cela devait être l'homme qui venait de cautériser sa plaie à l'aide d'un briquet. Elle se redressa péniblement, une douleur pulsatoire dans l'épaule qui empirait à chacun de ses mouvements. Sa respiration était haletante et la tête commencait à lui tourner, tandis qu'un liquide chaud coulait dans son dos, lui donnant des frissons. Elle trébucha et manqua de tomber tête la première dans le vide, ce fut suffisament choquant pour la réveiller un peu plus et qu'elle tente de se ressaisir. Regardant aux alentours, le nuage toujours présent et gênant sa visibilité, elle longeau le bord du toits quelques instants pour trouver un escalier de secour. Un autre bruit sourd et elle entendis une voix s'élever de la ruelle en bas, tandis qu'elle dévalait les escaliers aussi vite qu'elle le pouvait avec son épaule blessée. Au fur et à mesure qu’elle descendait elle entendait des bruit de combats puis plus rien. Lasse, et une peut remontée, elle sauta par la rambarde tandis qu’elle arrivait a l’avant dernier tournant, annoncant les deux dernières séries de marches qui lui restait à faire. Elle retomba lourdement sur le sol, et étouffa une salve de jurons tant la douleurs qui résonna dans son épaule était forte et manqua de l’assomer. Bravement, elle se redressa sur ses genoux, les yeux dans le vague, la vision trouble, les oreilles qui bourdonnent. Rien de bon en somme, et de toute manière elle l’avait cherché. Elle prit de profondes respirations, et lentement se remit à marcher, suivant la voix masculine qui avait retentis une nouvelle fois dans une direction plus ou moin loin devant elle.

Après une temps qui lui sembla infini, elle arriva dans ce qui ressemblait à un chantier vide, et ele vit devant elle une forme noire, l’homme qu’elle avait vu précédemment et ce qui semblait être deux autres personnes. Impossible de dire à cette distance et avec de tel troubles de la vision si c’était des hommes ou des femmes. Peu importe, elle s’approcha se hâtant, entendant au loin des cris et des bruits de pas précipités. Elle retrouva finalement l’homme qui était en réalité accompagné de deux jeunes filles aux apaprences plus que singulières. L’une était une blonde aux yeux bleu et l’autre avait d’étranges cheveux d’un blond platine presque blanc et a l’allure quelque peu délurée se trouvait à leurs côté. Elle eut un sourire las en s’imaginant la, devant eux, le dos complètement rouge, le teint cireux et la respiration saccadée. Qu’elel belle image en effet pour une sorcière aussi fière. Elle resta quelques instants interdite devant eux à observer d’un oeil critique les alentours et évaluer ses chances de s’échapper. A sa gauche se trouvait tout une pile de matériaux, des planches de métal, des poutres en bois etc. De l’autre, une grande construction en béton inachevée, dont les poutres de fer s’élevaient vers le ciel comme des doigts accusateurs de quelques crimes. Avant de changer brusquement de direction marmonnant des choses inintelligibles en anglais, et de déclencher sans vraiment le vouloir Shadow of the Abyss qui en un éclair j’aillit de l’ombre de ses cheveux pour matérialiser un bouclier qui dévia de justesse une balle qui aurait pu l’avoir. Le bruit si caractéristique de la balle retentissant dans l’air silencieux du chantier. Un juron sortit de sa bouche tandis qu’elle jeta un regard suspicieux en direction de l’étrange groupe. Prise la main dans le sac, quelle merde. L’ombre revint à sa place, docile sous l’ordre muet de la sorcière tandis qu’elle leur tournais le dos sans un mot et fonça aussi vite qu’un ivrogne bien frais vers la construction en béton. Elle se foutait de ce qu’ils allaient faire, tout ce qui lui importait pour le moment c’était de s’en sortir en vie et sans autre blessures s’il-vous plaît.


[HS - en espérant que cela ira ><'' ]


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astrea E. Rhapsodius


Messages : 31

Feuille de personnage
Expérience :
A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey] Left_bar_bleue440/500A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey] Empty_bar_bleue  (440/500)
Points Job:
A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey] Left_bar_bleue680/770A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey] Empty_bar_bleue  (680/770)




A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey] Empty
MessageSujet: Re: A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey] A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey] EmptyDim 8 Juil - 21:38

Pensez-vus qu'une guitare volante puisse survivre au poids de 4 personnes ? Oui ? Eh bien non vous l'avez dans le cul hein ? Quoiqu'il en soit c'est en véritable héroine que notre chère Astrea tenta de redresser son vol. Mais rien à faire et, ces personnes gigogantes n'ont fait qu'envenimer les choses faisant de la guitare une hélice. Bien évidemment, ils ne restèrent pas longtemps pour subir l'atterrissage. Un à un, ils firent quittèrent le navire. Seule la jeune sorcière y resta. Après tout, un capitaine coule avec son navire. En état de stresse intense, la sorcière relâcha un pet loin d'être élégant qui ne fut pas moins remarquable par la consistance magique qu'il contenait. Aussi, c'est un véritable nuage de fumée qui descendait au sol. Qui atterrit sur plusieurs rebonds avant de disparaitre rejoindre les bébés nuages dans les airs.

Remise de sa chute, ce n'est pas Fortune qui lui accorda chance. Car, dès lors des cris retentirent. Provenant de policiers, ceux-ci lui demandait de s'arrêter sur le champ. Mais qu'importe la jeune fille avait des comptes à régler. Aussi, elle leva sa main et un nuage en sortit et prit la forme d'une étoile. Les policiers ne bougèrent pas de peur de voir quelque chose de plus spectaculaire. Il valait mieux qu'il bouge car, la demoiselle gratta sa guitare dont le son se répercuta. Puis, vint un boing retentissant, se rapprochant de plus en plus. Une silhouette apparut à l'horizon. Une veste noire, des gants rouges et des lunettes de soleil. Mais surtout, il y avait quelque chose de masculin et d'animal qui émanait de lui : de la fourrure. En effet, le nouvel arrivant était un kangourou. Hi, Mr. King, y a des méchants qui m'embêtent ! Je dois filer, je te les laisse. Enfourchant son balai, elle décolla les policiers tentèrent de lui tirer dessus. Une balle lui effleura l'épaule et une autre lui ôta une mèche de cheveux. Et, bien que légèrement en colère, au sujet de sa mèche elle rechercha les secourus. Ce ne sont pas des secourus mais des secourus-insecourus-car-partis-du-balai. Le fait que tu ne me parlais m’ôtais une épine du pied, alors cesse de m'interrompre ! Tsss ! Quoiqu'il en soit elle trouva vite quelque chose - ou plutôt quelqu'un - sur qui se concentrer car, elle aperçut la demoiselle qu'elle avait plutôt sauvé.

Elle se pencha, se rendant bien plus aérodynamique, enfonça sa casquette sur sa tête et piqua sur la ville. Elle virevolta entre les bâtiments avant de voler aux cotés de la sorcière qui marchait. Hého, rendez-vous en haut de la construction, sauf si tu comptes grimper sur mon balai. Mais, tu utilises ta magie hein ? Pas de passager gratuit. Aussitôt dit, aussitôt parti pour le sommet de la construction de métal.

[HS. Dites le moi s'il y a un problème]


_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous


Invité


Invité


A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey] Empty
MessageSujet: Re: A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey] A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey] EmptyJeu 19 Juil - 14:40

Je volais ! C’était beau ! Enfin non, j’étais tombée. Et bien en plus ! Mais bon, on fait ce que l’on peut avec ce que l’on a de toute façon… En plus j’avais été amortie par ce qui semblait être… un garçon. Vous m’expliquerez ce qu’il faisait sur les toits à cette heure-ci. Quoi que cela ne me regardais pas en vérité, et j’étais mal placée pour poser ce genre de questions. Je n’eus cependant pas réellement le temps de voir autre chose qu’une sorte de nuage des plus étranges et des projectiles le traverser pour nous transpercer que j’étais prise par la main. D’habitude ce genre de marques d’affections n’étaient pas les bienvenues de la part d’inconnus mais là cette main semblait m’offrir une chance de me tailler alors autant y aller. Ni une ni deux je sautais dans le nuage, sentant un ou deux petits objets de métal me frôler de façon plutôt agressive et désagréable. Je n’avais rien fait il me semble pour me faire tirer dessus. Enfin maintenant si : je venais de tomber sur un homme en uniforme, l’écrasant allégrement. Non je n’étais pas lourde mais c’était ses épaules qui avaient amortis ma chute alors il avait salement accusé le coup… Un de ses collègues s’approcha de moi pour le venger ou je-ne-sais-quoi. Un moment d’hésitation et il se prit mon pied dans le bide. Okay je n’avais pas frappé fort et il aurait pu l’arrêter mais j’avais dû avoir l’air tellement paniquée en le voyant qu’il m’avait pris pour une petite faible. Fallait pas non plus me croire en sucre.

Je m’excusais cependant auprès du premier policier qui semblait s’être sonné ou assommé lorsque mes genoux, et accessoirement sa tête, avaient touchés le sol. Du coup maintenant mes vêtements étaient abimés et mes genoux égratignés. Mais là n’était pas mon principal souci. Il fallait que je fasse quoi ? Regarder ce garçon donner un beau coup de genoux dans le menton d’un policier ? Admirer l’adresse dont il faisait preuve pour lui faire mal ? C’était certes une très belle action mais elle ne me semblait pas spécialement méritée… Quoi que cela ne me regardais pas. Ce qui me regardait plutôt était les fils qu’il semblait avoir fait. Parce que comme ça il était un peu comme moi ? Voilà qui était intéressant, peut-être pourrait-il m’apprendre quelques trucs. C’est donc pour ça que je lui emboitais le pas, courant à sa suite vers un inconnu qui me changeait de mon but initial : échapper à mon frère. J’espérais juste que le résultat serait le même : que je ne me ferais pas jeter en revenant ce soir. Si je revenais à l’hôtel ce soir.

Je courais donc. J’étais déjà plus ou moins fatiguée à cause de ma précédente course puis de mes deux chutes consécutives mais bon. Je m’autorisais une petite pause près de celui qui avait été mon coussin lors de mon premier atterrissage catastrophe. Je relevais la tête pour regarder la femme qui arrivait dans notre dos. Elle avait de longs cheveux noirs et un pantalon… ou un short… original dirons-nous. Enfin, passer inaperçu ne devait pas vraiment être son point fort. Elle aussi avait du courir vu l’était dans lequel elle était. Pourtant, son air fatigué ne l’empêcha pas non seulement de nous dévisage, de nous tourner le dos et surtout de nous faire un tour de magie. C’est effectivement avec étonnement que je vis ses cheveux laisser une place à une sorte de…. Chose ? Qui la protégea d’une balle. Celle-ci vint rebondir sur la protection avant d’aller se balader un peu plus loin. Elle signifiait que nos poursuivants n’étaient pas loin. Bon, on s’y renait comment maintenant ?

On allait… suivre la femme aux cheveux noirs afin de pouvoir être protégés au cas où ! Oui c’était une idée stupide mais si elle ne voulait pas se faire toucher, nous ne nous ferions pas toucher non plus grâce à sa protection. Je disais « nous » mais peut-être que le garçon inconnu à mes côtés avait une autre idée… Tant pis pour lui alors. Je l’attrapais par une épaule qui me sembla un peu poisseuse et emboitais le pas à la femme inconnue qui ne semblait pas pressée malgré la tâche qu’elle avait dans le dos. Je n’avais pas trop l’air mais j’avais bien envie de coller aux basques de cette demoiselle que je ne connaissais pas et qui faisait je-ne-sais quel tour de magie avec sa chevelure. Je voulais m’en aller mais pas toute seule en fait.

HRp:
 
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé




A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey] Empty
MessageSujet: Re: A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey] A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» A peine arrivé et c'est déjà le bordel ? Fiouuuu [Pv Keira ; Astrea et Frey]
» A peine arrivés, déjà emmerdés...
» La Reine est arrivée. Prosternez-vous. (Dante)
» Henriette d'Angleterre . Madame est arrivée
» Chapitre ll : L'Installation (suite de l'arrivée de C.) [PV: Siparti]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Archives Rpg-