Partagez | 
 

 Une Journée.. mouvementée. [PV : Zwayne et Stella ; Fayden ; Daiisu ; Neige]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Invité


Invité


MessageSujet: Une Journée.. mouvementée. [PV : Zwayne et Stella ; Fayden ; Daiisu ; Neige] Dim 4 Mai - 12:42

Death City, une ville unique, c'est peu le dire, car celui qui osera me dire trouver la même dans un quelconque autre pays sera pour moi un vulgaire menteur. Mais bon, on ne va pas se préoccuper de ça, car moi là, je suis un peu... mais juste un peu occupé ! Je viens de me trouver un boulot pour une semaine dans un café dans la zone commerciale, et fort heureusement, la paye va pouvoir me permettre de payer le loyer de mon "doux" chez moi ainsi que de quoi manger... après, les factures devront attendre encore un peu car pour l'instant, ce n'est pas que je suis un peu un clochard qui arrive à trouver des boulots seulement car je suis un élève de Shibusen mais bon, légèrement.
Je n'ai pas pour habitude d'être pessimiste, mais là, ce n'est pas franchement génial car, sans Meister, je peux pas faire grand-chose de plus que donner le café à chaque personne qui passe, et comme je n'ai aucune envie -et compétence- pour bosser et chasser du démon comme il faut, et c'est vraiment la classe..
Daiki Hikaru, épée double -ou à lame scindée pour d'autres- sert le cappuccino à Madame Bérengère ! Bon... Je dois sans doute un peu chipoter, mais c'est presque ça... elle a commandé un expresso. Enfin bon, ça peut aller après, j'arrive à bien gérer le service vu que ces dernières semaines, je fais ça tous les soirs et après-midi où je suis libre et pas en cours. Encore, aujourd'hui ça va, j'ai la moitié de mon après-midi de libre puisque le café doit fermer vers 16h, je n'ai pas vraiment cherché à comprendre pourquoi, car ça me fais du travail en moins pour la même paye, donc j'ai du temps libre pour moi pour une fois. Sauf que.. eh bien, je sais pas vraiment quoi en faire, j'ai beau être dans la zone commerciale de cette bonne vieille Death City, je peux pas vraiment dépenser la moindre pièce pour quoi que ce soit puisque j'économise, et comme je n'ai pas envie de passer non plus le reste du temps que j'ai chez moi à rien faire et à être tenté de déchirer le reste du papier peint mal collé sur le mur... Je vais rester assis sur un banc à regarder le bon monde passé... et franchement vu de loin, je donne vraiment l'impression d'être à la rue.

Bon, comme il est 16 h, je quitte le café après avoir essuyé la dernière table pour aller dans la "rue" principale m'asseoir sur mon banc en toute tranquillité. Le ciel est toujours aussi bleu qu'hier bien qu'il y ait deux trois nuages, les passants sont toujours du même genre, Madame Bérengère me dit coucou de loin, des mômes pleurent à certains endroits dans la rue tandis que leurs mères qui les promènent les sermonnent ou bien deviennent désespérées, tout dépend du caractère. Enfin bon, une rue comme il peut y en avoir un peu partout bien que la forme soit différente, mais bon, maintenant que je suis posé sur mon petit banc adoré sur lequel personne d'autres est installé, j'ai plus qu'à attendre que le temps passe à regarder tout le monde passer... et c'est dans ce genre de moment où je me mets à réfléchir sur le passé, le futur et le présent... Pour le futur, j'imagine pas grand-chose, c'est juste brouillé mais, je m'imagine au moins avec un bon partenaire avec lequel -ou laquelle- me lier d'amitié et avec celui-ci pour que je puisse devenir enfin utile à Shibusen. Pour le présent, rien d'autre que de regarder les personnes défilés en restant assis. Et pour le passé...
.................
Je préfère tout simplement l'oublié... et que je ne me souvienne plus de rien... car au fond... si je suis ici bien que je sois tout de même content quelque part... c'est à cause de lui...
Enfin bref, à regarder tout le monde, je me sens un peu tache dans le paysage avec ma tenue vraiment de pauvre, je porte un survêtement et un vieux foulard déchiré, des chaussures assez vieilles et un jogging... et voir un petit me pointait du doigt en disant : "Regarde maman le monsieur... !" et entendre ensuite la mère qui lui fait baisser sa main "ne le regarde pas mon chéri" ça la fout quand même un peu mal... mais bon, je ne vais pas me trimbaler avec la tenue du café, car dans tous les cas j'en ai pas le droit.. mais, tout ça pour dire que j'ai hâte de pouvoir m'habiller correctement quand je pourrai avoir plus d'argent..
Après, certains me demandent pourquoi je dors pas aux dortoirs et pourquoi je me complique la vie à me payer un studio, eh bien c'est tout bête, j'ai du mal à être avec un camarade de chambre, et même si on m'offre une chambre solo, je finis toujours par réveiller tout le monde à cause de... mes cauchemars. Et entendre un type gueulé tous les soirs, en dehors des plus déranger parmi les étudiants, ça donne pas trop la possibilité de bien dormir.
Puis, j'ai pas trop le choix et, je dois m'y faire.. c'est pas les autres qui vont s'adapter à moi, mais moi aux autres... et puis.. vivement que je puisse avoir un partenaire car.. une arme sans Meister est vraiment inutile. Mais bon, pour l'instant il me reste plus que trois choses à faire, rester assis, attendre.. et regarder le temps passé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité


Invité


MessageSujet: Re: Une Journée.. mouvementée. [PV : Zwayne et Stella ; Fayden ; Daiisu ; Neige] Mar 6 Mai - 2:59

Aberrants, cette lumière, ce ciel bleu...  Les aubes sont navrantes et tout soleil amer. Le jour c'est levé de son puits flamboyant et comme toujours j'en souffre. Cette lumière, cet astre n'est définitivement pas pour moi. Comme il me tarde que l'étoile de mes malheurs se couche au creux de mes mains, pour qu'une flexion des doigts je puisse la faire disparaître jusqu'au prochain jour, jusqu'à ma prochaine souffrance. Noir, noir, noir. Ce ciel ne serait-il pas plus beau peinturé de noir? Comme j'aimerais salir, cette beauté lumineuse qui me déchire tout autant qu'elle m'attire. Comme j'aimerais salir le jour... J'aime l'été, la chaleur et le bleu du ciel autant que j'aime la vie elle-même. N'est-ce pas merveilleux que de regarder les visages souriants et d'entendre les rires des hommes et des femmes heureux? Oui, j'aime l'été aussi bien que la vie, dommage que cela ne soit qu'ironie. Pourquoi ressens-je le besoin de les voir tristes? Suis-je un monstre, ou simplement malheureuse de voir que peu partage mes états d'âme?

Mon ombrelle n'est définitivement pas d'un grand secours contre l'Oeil du ciel, cette gargantuesque boule de feu qui malgré mes efforts, semble vouloir percer l'ombre même de mes secrets.  Et bien que le soleil est toujours blessé les yeux de ses adorateurs, il semble prendre aussi plaisir à blesser les miens. Je mérite mon prénom, je ne suis que de neige et face à Lui, je ne suis rien. Sa chaleur, son poids et son regard inquisiteur m'écrasent. Peut-être ne suis-je rien face à Lui, mais je ressens une pointe de fierté, car pas même le soleil ne saurait faire fondre la glace qui me fait office de coeur. Non, pas même Lui. Est-ce une victoire légitime? Une victoire pour Daiisu peut-être, car plus forte que l'Oeil du ciel, plus forte que le géant de mes tourments, envers et contre tout, elle sait me guider de sa lumière.

Mon ombrelle n'est pas du moindre secours, mais au moins protège-t-elle la blancheur de neige de ma chaire. Utile, certes, mais pas autant que le journal que je tiens sur mon coeur. Ces pages contiennent mon corps et ma plume mon sang. Ce livre est ma personne, tout ce que je suis, un être unique, mais non singulier. Un flocon de neige sous le soleil tapant de quatorze heures.

Les visages tournent et tournent autour de moi, joie, joie joie... Je n'en peux plus, je dois créer. Je dois salir ces expressions, je dois le faire pour moi, pour eux. À défaut de faire un carnage, je peux toujours le dessiner ou du moins l'écrire. J'ai choisi la plume plutôt que l'épé et si je ne cherche pas à contrôler la vie, je contrôle du moins l'imaginaire par mes livres et mes tableaux. Certains trouvent mes oeuvres morbides, mais si seulement ils savaient qu'elles n'étaient simplement que l'expression de mes pensées véritables... Ah! Comme je hais l'été.

Si je dois créer, je dois m'asseoir, la chaleur m'y oblige et je ne peux tenir mon ombrelle tout en dessinant. Autour de moi tous les bancs semblent pris par la dualité d'un couple. Ici et là, des amoureux, des amis... Et au milieu il y a moi, seul. Et il y a lui, seul. Je ne veux pas lui parler, je ne désire pas me mêler de la vie de cet homme et pourtant... Pourtant à côté de lui se trouve une place, MA place.  

Je contourne le banc par-derrière et m'arrête une seconde devant lui. Je connais ce visage. Lui ne me dit rien, mais sont visage... Le visage d'une personne qui attend de la vie quelque chose qu'elle ne peut lui offrir. Je comprends, moi aussi j'ai ce visage. Alors je prends place, dépose mon ombrelle et prends mon journal et ma plume.

Tout de suite j'active ma main, un visage comme le sien, comme le mien... Un visage qui ne sourit pas. J'aime l'ironie et puisque je ressens le besoin de salir, alors je le fais souriant. Je suis rapide et efficace, j'écris mon nom, ma signature, et arrache la page comme on s'arrache un bras avant de la lui donner.

Un portrait, un portrait heureux d'une personne qui attend de la vie ce qu'elle se refuse à lui donner.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin
Messages : 16
Age : 27

Feuille de personnage
Expérience :
0/0  (0/0)
Points Job:
0/0  (0/0)




MessageSujet: Re: Une Journée.. mouvementée. [PV : Zwayne et Stella ; Fayden ; Daiisu ; Neige] Mar 6 Mai - 5:23

“A straight line may be the shortest distance between two points, but it is by no means the most interesting” 

Dans la vie, il a des journées où, vicéralement, il nous arrive le besoin de se sentir bien. Dès journées où, une fois levé, rien ne pourrait entravé ce sentiment de fierté, ce sentiment de bonheur, ce sentiment d'appaissement. Les journées de ce genre nous son propres, elle sont unique et différent d'une personne à l'autre. Pour moi, aujourd'hui était une de ces journées. Une journée où je peux profiter de la vie, une journée que je voulais voir passé, une journée dont j'allais probablement me souvenir, comme si on me l'avait marqué au fer rouge tout droit dans ma mémoire.

Cette journée venait tout juste de débuter pour moi. Neige n'allait surement pas l'apprécier, moi je les aimes avec du soleil et de la vie, elle, elle aime la nuit, le froid et l'hiver. Cela avait son petit côté minion, après tout, nous étions si différente... Si différente, mais pourtant si nécessaire. Nous avions besoin l'une de l'autre. Je venais tout juste de me réveiller, aux petites heures du matin, comme d'habitude. Neige dormait encore, le corps à moitié dévétie. Elle dormait juste à côté de moi. Je pouvais la voir rever, elle était si jolie. Elle devait avoir chaud, car les couvertunes ne lui couvraient que les pieds. J'étais quelqu'un qui aimait le matin, elle, elle aimait vivre de nuit, elle aimait se coucher tard et se lever dans l'après-midi. J'avais l'habitude de la laisser dormir, j'avais pour habitude de la regarder dormir. Juste un peu... Juste avant de me lever. Sans doute l'un de mes moments préférés.

Finalement, je décida de me lever. Lui glissant un baiser sur la joue, pour ne pas trop la réveiller. Doucement, je quitta la chambre avant de me rendre vers la cuisine. J'ouvris le frigo et prit un verre de jus d'orange. Qu'allais-je bien pouvoir faire aujourd'hui ? Qu'allais-je dont faire pour profiter de cette si merveilleuse journée ? Une chose était certaine, je n'allais pas rester enfermé toute la journée. Une si belle journée était faite pour être passé à l'extérieur. Je n'avais pas encore eu le temps de visiter DeathCity depuis notre arriver à Shibusen. Nous venions tout juste d'arriver, nous avions passé la plus grande partie de notre temps à défaire des boites. C'était décidé, aujourd'hui, j'allais me promener !

Je pris quand même le temps de faire ma routine du matin. Je fila à la douche ou je pris une douche. Les murs suintait tellement l'eau était chaude. J'adorais cela. J'en profitais toujours pour prendre une douche chaude lorsque j'étais seule. Neige, elle les aimait glacé. Nous sommes quand même parvenu à un compris. Ensemble nos douches serait tiède, mais au final, son corps me réchaufait. Après la douche, je fis une rapide entré dans la chambre, le temps de prendre mes vêtements. Venait maintenant le temps de faire à manger. Je vous éparne les détails du petit déjeuner habituel. Avant de quitter, je pris un papier et un crayon et inscrivit une note pour Neige.


Mon amour,

Je vais me promener. J'ai envie de prendre l'air et d'explorer notre nouvelle ville.
Tu avais l'air si bien que je n'ai pas voulu te réveiller.
Je t'ai fait du café !
Je t'aime.

P.S. : Je viens de réalisé que le café sera probablement froid quand tu lira ma lettre... Suis-je bête !”




***


Je venais de passer une partie de la journée à arpanter les rues de cette cité. J'y avait vu des choses intéressantes et parfois, des choses répugnantes. Cette cité avait tant à offrir, tant à décrouvrir que je venais à regrétter le fait de pas avoir trainer Neige avec moi. De fil en aiguille, j'avais marché du cartier résidentielle au cartier commercial. Il devait être 2h gros maximum. L'idée de faire du shopping m'intéressait, mais mon ventre criait de faim. Il devait bien y avoir un restaurant où m'arrêter. Je décida de continuer ma promenade jusqu'à un petit café.

Le café avait un air symphatique, un air enjoué. À peine venais-je d'entré que j'avais cette envie d'y passer le reste de la journée. Je pris place dans un fauteuil de cuir, près d'une grande baie vitré. De cette façon, je pouvais continuer de regarder la vie battre son plein. Je pouvais continuer d'observer la beauté de ce monde qui n'avait de cesse de m'émerveiller... depuis cette triste journée.

Un serveur vint me voir, je chassa mes vaines pensées noires. Ce serveur avait un air branché, sans doute étais-ce l'uniforme du café. J'avais entendu dire que le café engageait des élèves du shibusen. Cet homme était donc, comme moi, un militaire. Qu'était-il ? Une arme ? Un meister ? Une bête ? Un sorcier ? J'étais beaucoup trop géner pour le lui demandé. Il était gentil dans tout les cas, il prit ma commande et m'apporta un café et des biscuits.

Le temps avait passé si vite que je n'avais même pas réalisé qu'il était déjà l'heure de fermé. En même temps, un café qui fermait à 16heure, c'était assez innabituelle. Encore quelques choses de différents et qui m'émerveillait de cette ville. Le gentil serveur vint me voir et me dit qu'il était l'heure de quitter. Je paya l'addition, en lui laissant un agréable pourboir. *Je devrais ammener Neige ici, je suis certaine qu'elle aimerai ça !* pensais-je, lorsqu'il me remit mon reçu, le sourire au lèvre.

[Daiisu] – Bonne journée, lui retournais-je en souriant.

Il était maintenant temps d'aller faire les boutiques. Contrairement au café, elles fermaient bien plus tard.


***


Cela devait faire quoi, une heure maximum que je faisais les boutiques. J'avais trouvée quelques articles sympahtique, dont une super horloge qui me faisait sourire. J'allais continuer mon chemin, quand j'apperçu une petite rue avec des bancs magnifiques. D'aussi loin, je pouvais appercevoir une ombrelle particulière, celle que ma chérie avait en permanance. Je pourrais la reconnaître à même une foule grace à cette ombrelle. Elle était assise tout près d'un jeune homme, je ne le reconnu pas du coup premier coup. Elle lui tendait un papier, je voulais voir. La connaissance, il devait s'agir d'une toile... Elle était si douée.

J'avais trois gros sac dans les mains, tous remplient de mes trouvailles de la journée. À mesure que je me raprochait, mes soupçons se confirmèrent. C'était belle et bien Neige assise sur le banc. Et l'homme avec elle était le gentil serveur du café. Je fut rapidement devant eux, j'étais heureuse de pouvoir la voir. J'étais heureuse de pouvoir lui montré cette horloge que j'aimais tant. Je posa les sacs sur le sol et sortie une horloge de l'un d'eux.


[Daiisu] – Regarde ce que j'ai trouvé ! Dis-je en lui montrant une horloge dès plus banal.

L'horloge avait comme fond le soleil. Le nouveau soleil je veux, cet astre au sourire un peu louche. Je l'amais bien, même s'il me faisait un peu peur.

[Daiisu] – La nuit, le soleil devient la lune et la lune... elle glow in the dark... C'est génial.

Comment quelque chose d'aussi simple que la luminésance pouvait-elle me rendre aussi joyeuse ? Je ne le savais pas. J'ignorais totalement le garçon qui n'avait pas réussit à en placer une encore.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Féminin
Messages : 111
Age : 23

Feuille de personnage
Expérience :
58/1000  (58/1000)
Points Job:
1106/1200  (1106/1200)




MessageSujet: Re: Une Journée.. mouvementée. [PV : Zwayne et Stella ; Fayden ; Daiisu ; Neige] Jeu 8 Mai - 13:30

Mes très chères soeurs Bridgess et Anouka,

Ne pas pouvoir vous parler, vous sentir tout contre moi, vous toucher du bout des doigts, vous voir éclater de rires comme avant, vous regarder vivre la vie au jour le jour dans la gaieté et le bonheur... Tout ceci est une véritable entaille dans mon coeur, une douleur sans nom de vous savoir loin de moi à cause de quelque destinée.
Cela faisait vraiment trop longtemps que je ne vous avais pas écrit, et pour cause, il y a eu beaucoup d’évènements et de choses à faire dans cette nouvelle ville où j'ai posé mon bagage. Pour ma propre sécurité je tairai son nom, mais sachez que je suis actuellement aux Etats-Unis, et je suis entourée de beaucoup de gens d'exception.
Comme j'aimerais vous avoir auprès de moi ! Comme je souhaiterais voir vos visages émerveillés par ce monde nouveau et inconnu, tel que je l'ai été au fur et à mesure de mes voyages !
Depuis que je vous ai quitté, j'ai eu l'occasion de découvrir beaucoup d'endroits magnifiques : Stuttgart, en Allemagne, une ville en Russie au nom imprononçable et inécrivable qui m'a rapprochée un peu plus encore de vous, et les Etats-Unis, où je n'ai pour le moment visité qu'une ville immense et démesurée et où j'ai rencontré ces personnes que j'évoquais un peu plus haut.
J'ai vu de mes propres yeux une maison flottante ! Ici, et partout ailleurs, ils appellent ça des "bateaux". En tout cas, ce n'est pas spécialement confortable : ça tangue beaucoup pour quelques petites vagues, et impossible d'y dormir quand les cieux s’entre-déchirent au-dessus des flots, faisant moult remous dans leur colère.
Parlons à présent de la nourriture ! Que de surprises et de mets agréables ! Au grand jamais, je n'avais goûté de tels aliments, ayant de tels saveurs, sucrés, salés, acidulés, tendres ou durs, parfois plusieurs à la fois... Des pains de céréales, des légumes et fruits aux goûts variés qui, assaisonnés de manière subtile et judicieuse, deviennent si raffinés qu'on viendrait à en oublier leur nom, des desserts parfois tellement sucrés qu'il me faut courir et voler un heure durant afin de garder ma forme physique...
Mais qu'est-ce que je regrette les gratins de pommes de terre aux matières sucrantes que faisait Maman...
Sachez que je ne regrette pas d'être partie, même si vous me manquez horriblement. Je sais que les parents et le clan sont inquiets et en colère du fait de ma fuite, mais c'est la vie que j'ai choisie. Peut-être viendra un jour où je reviendrais faire mon devoir, mais à ce moment-là, cela sera fait selon mes désirs et mes idéaux. Je ne veux plus être emprisonnée dans mon rôle de prêtresse, ni que quiconque m'impose une façon de vivre. Je veux vivre comme je l'aurais décidé et ne pas me faire dicter ma conduite. Peut-être arriverais-je un jour à trouver un compromis, hélas ! j'ignore si cela me sera possible.
Pour terminer cette lettre que j'écris aux petites lueurs du matin, déjà lourd de chaleur, je voulais vous dire que je suis sur la trace de ce que nous avions déjà parlé. Je manque encore d'informations, mais je suis sur de bonnes pistes. De votre côté, j'attends celles que vous m'aviez promise, en espérant que votre excursion nocturne dans la grande bibliothèque du manoir familial ne vous ait pas mise dans une mauvaise situation.

Le papillon étant un esprit voyageur annonciateur d'une visite, j'attends avec impatience votre réponse ; soyez sans crainte, il ne se fera pas intercepter avant de m'arriver en main propre, car j'ai un contact permanent avec cet être vigoureux et pleins de vie. Il vivra assez longtemps pour faire l'aller-retour et me conter vos nouvelles. J'espère que pour le reste, vous allez bien, que la vie vous préserve des soucis, et que vous arrivez encore à rire et sourire malgré le vide que j'ai involontairement crée en votre âme. Ne pleurez pas pour moi, gardez vos larmes pour les défunts et les mourants.
Je vous aime de tout mon coeur ♥

Votre grande soeur, Fayden


Fatiguée, la main douloureuse, je repose mon stylo à plume et relis pour la quatrième fois la lettre qui arrivera d'ici quelques semaines dans mon pays natal, là où vivent mes amis, mes soeurs adorées, et tous les gens que je connais depuis mon enfance. Qu'est-ce que j'aimerais pouvoir leur faire des calins à leur rompre les côtes ! Je me lève doucement de ma chaise, les fesses dures de leur contact avec ce support peu confortable mais néanmoins plus pratique pour écrire que mon lit moelleux. Les rideaux se soulèvent légèrement sous la brise du matin, et tandis que je les écarte pour accéder à la fenêtre, je sens cet air frais me caresser tendrement le visage de son souffle réfrigérant qui filtre à travers les deux volets entrouverts.
Le ciel était encore d'un bleu nuit qui déteignait vers un bleu azur vers l'horizon lointaine. Quelques étoiles étaient encore perceptibles, et je me surpris à espérer que mes soeurs regardaient en ce moment même les étoiles précises que j'observais d'un oeil attentif. En me rappelant qu'à cet horaire, il faisait sûrement jour depuis longtemps chez eux. Mon ventre se mettant soudainement à crier famine, je décide de me préparer un petit déjeuner fort copieux, puis de me préparer pour sortir.

Midi. L'heure providentiel pour se refaire un repas.
Après un succulent et délicieux festin, je me décide à faire quelques emplettes, dont un téléphone, surprenants boîtiers capables de milles et une chose, essentiellement parler avec des gens assez loin et envoyer des textes à la rapidité de l'éclair. Quelques boutiques et un smartphone dernier cri plus tard (mais d'où vient l'argent ?), je continue de me balader dans Death City, le coeur ballant et heureux quand je tombe sur ces gens. Un groupe de jeunes gens autour d'un banc banal. Deux femmes d'allures complètement opposées, l'une assise se cachant de la morsure du soleil, l'autre debout laissant ses rayons réchauffer chaque cellule de son corps bien sculpté. Et un jeune homme au teint frais mais ressemblant à un malpropre dans son accoutrement désuet. Il ressemble à ces vieux barbus dont la vie n'est plus qu'un gouffre sans fond et qui se résume à un banc unique, sale, devenu à la fois leur foyer et leur lit. Ainsi que leur table à manger. Pour autant, cela ne semble point déranger les deux jeunes femmes qui s'engagent dans une discussion sur les achats effectués par celle qui se tient debout, l'air fière. Je décide de m'approcher par un moyen détourné : le nouveau smartphone à la main, je suis décidée à leur demander comment m'en servir, dans l'espoir de faire leur connaissance.
Cinq mètres, quatre mètres. Plus que trois. Encore un de moins.
A cette distance, j'aperçois le portrait peint sur toile d'un homme fringant, noble et beau. En réalité, notre homme, assis sur ce banc, véritablement métamorphosé en une magnifique créature par les doigts de fée de cette jeune femme à la peau si claire...

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une Journée.. mouvementée. [PV : Zwayne et Stella ; Fayden ; Daiisu ; Neige]

Revenir en haut Aller en bas
 

Une Journée.. mouvementée. [PV : Zwayne et Stella ; Fayden ; Daiisu ; Neige]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bilan d'une journée mouvementée.
» Récit d'une journée mouvementée [Edward & Miloë]
» Une journée en Afrique
» Une journée à Soissons
» La journée internationale de l'alphabétisation sera célébrée ce 8 septembre en H

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  DEATH CITY :: Bogeyman Square-