Partagez | 
 

 Funambule Noctambule[Maka Albarn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Invité


Invité


MessageSujet: Funambule Noctambule[Maka Albarn] Mar 25 Aoû - 13:52

« La, la la… »


Il y a une ombre dans la nuit; elle s’avance à pas de velours et caresse doucement le mur des bâtisses. Ses pieds menus et tout nus frôlent le sol, on dirait qu’elle s’envole. Une démarche - ou plutôt une danse, non ?- légère et simplette, un peu feu follet. Est-ce bien un Ange ou un petit lutin qui erre par-ci par-là à la recherche de on ne sait quoi ? La chansonnette se stoppe, un rire cristallin s’échappe, essayez donc de le rattraper et il vous échappera entre les doigts. La cadence s’accélère, les pas se font vifs et rapides. Petite ombre cours, cours vite, ne te fait pas attraper par l’Aube, cette cruelle vieille Dame éreintée par les années qui te forcera à t’évaporer, pfiut ! Une longue crinière brune danse derrière la petite ombre, on dirait un nuage flemmard poussé par le vent, un bon ami mais un tantinet farceur. En parlant de cette vieille branche, n e serait-ce pas lui qui souffle dans le dos de notre petite ombre ? Il souffle, souffle fort pour l’aider à avancer, on dirait que lui aussi est pressé de s’amuser. Un souffle un peu froid tout de même, on dirait que Madame la Nuit est d’humeur sèche et gelée aussi. Mais la petite ombre ne frisonne pas, sa course contre elle-même maintient une bonne température. Elle n’a pas le temps d’avoir froid, il faut qu’elle se dépêche, car si l’Aube la rattrape ce sera trop tard. Et hop, on ondule entre les bâtisses blanches. A droite, à gauche, tout droit, à droite, à gauche et une impasse. Dommage petite ombre, tu t’es trompée. Elle grommelle, s’agace et tape du pieds. Elle connaît pourtant le chemin par cœur, comment a-t-elle pût se tromper ? Mais petite ombre, tu n’as pas assez de temps pour te préoccuper du pourquoi du comment ! Et elle reprend sa course folle dard dard, zigzague entre les immeubles, survolent les pots de fleurs, terribles obstacles, et prend garde à ne pas réveiller tout le quartier. Sa petite robe blanche tangue au rythme de ses hanches, heureusement qu’elle est courte sinon la petite ombre s’éclaterait par terre, badaboum ! Mais dommage justement qu’elle soit si courte, elle dévoile parfois des parties qu’il ne faudrait pas. La petite ombre n’est pas bien prudente, il faut se méfier de ce qui rôde, à part elle, dans la cité. Elle ne se méfie pas de la Nuit, douce et meurtrière mais pas de ce qu’elle habite et qui est parfois plus terrible. Rappelle toi petite ombre, souviens toi que la Nuit abrite des cruelles créatures, souviens toi. Mais la Petite Ombre ne se soucie pas, elle continue à courir et à rire, son corps soûl de joie. Le Jour la tue, la Nuit la ressuscite. La petite ombre est folle de joie cette nuit là mais est-ce étonnant ? Il n’y a que la Nuit qu’elle sourit, au moins personne ne peut la voir. Et même si son rire ricoche sur les murs de Death City, on ne fait que l’entendre. La Nuit la protège, mais pas ceux qui errent.


« La, la, la…
L‘Innocence est faites pour être tuée
Alors s‘il te plaît, laisse moi être la première.
Si l‘Innocence est faites pour être tuée
J‘aimerai me laisser tenter par ce pêcher »


Voilà donc sa douce berceuse. Ses pieds se balancent au rythme doux et enfantin de la ballade. Son ombrelle la protégeant, le manche posé sur son épaule, elle la fait doucement tourner. Elle semble si candide, ainsi. Peut-être un peu trop. Elle répète le refrain, et puis une courte pause. La chanson reprend.


« La, la, la…
Et si ce n’est pas toi qui le fait
Je viendrais te sauver.

S‘il vous plaît, guidez moi... »


Enfin arrivée.La cour de Shibusen.Elle avait couru partout dans les rues de cette folle ville qu'est Death City.Elle prend son sac et en sort des sandales.Mais pourquoi ne les avait-elle pas mises avant?La Nuit la rend folle et elle rend folle la Nuit.Aussi simple que ca.Shibusen...La Nuit avait aussi emportée cette école dans son sommeil.Pourtant,il y avait encore quelqu'un.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité


Invité


MessageSujet: Re: Funambule Noctambule[Maka Albarn] Mer 2 Sep - 0:11

La jeune fille faisait les cents pas dans sa chambre, les yeux fixés dans le vide. Cela faisait maintenant dix minutes qu'elle tournait en rond, dans cette pièce confinée. Elle pensait, ruminait, réfléchissait à toute sorte de choses qu'elle avait laissé de côté. Mais dans cet endroit si petit, si renfermé, il était impossible pour la fillette de se concentrer sur quoi que se soit. D'ailleurs, elle se sentait prise au piège et avait la très nette impression que ses poumons était étrangement vide, qu'elle manquait d'air et ce sentiment renforçait encore plus celui de se retrouver coincé. Elle n'avait qu'une envie, sortir dehors et respiré à plein poumon, espérant que cela enlèverait l'horrible mal de crâne qui venait de s'installer. Ne se faisant pas prier, Maka attrapa le premier livre qui lui tombait sous la main et sortit en silence de la pièce. Elle jeta un regard en direction de la chambre de son partenaire et fut soulagée de voir qu'il dormait à présent. Elle avait, bizarrement, aucune envie de se retrouver en sa compagnie, bien qu'elle appréciait les moments ou ils se trouvaient tout les deux. Elle avait la fâcheuse habitude d'inquiéter pour un rien Evans et n'avait pas envie d'avoir une autre discussion pour savoir ce qui trottait dans la tête de la jeune manieuse. Surtout que ce qu'elle ressentait était bien trop compliqué à expliquer. Et puis, pourquoi se sentait-elle mal à l'aise d'abord ?! Pour le moment tout allait bien, elle avait retrouvé son arme, s'entendait assez bien avec Black*Star et avait même fait la connaissance d'un nouveau. Non, c'était quelque chose de plus profond. Bref, elle se compliquait bien trop la vie.

D'un pas souple et silencieux, elle se dirigea vers la porte noir, dont elle caressa le bois sombre et noueux d'un geste machinal. La main sur la poignée, la fille hésitait à l'ouvrir, et grimaçait lorsqu'elle celle ci laissait entrevoir les dalles dures et froides de la rue dans un grincement inquiétant. Sans même réfléchir, elle sortit rapidement et ferma cette dernière dans un claquement sec. Suppliant, priant le ciel de ne pas avoir réveiller son ami. Ami qui n'aurait sans doute pas approuvé cette balade improvisée le soir, en raison des quelques problèmes qu'elle pouvait rencontrer. Mais, la fillette ne pensait pas à ça, elle n'y avait même pas songé. Et elle filait dans les ruelles de Death City, suivant là ou le vent l'emportait. Elle respirait, inhalait l'odeur de la ville, odeur qui lui avait tant manqué lorsqu'elle c'était absentée. Elle soupira d'aise parce qu'elle avait retrouvé sa maison, l'endroit ou elle vivait, ses amis, et shibusen. L'élancement de son crâne devint plus douloureux, plus vive à l'idée du nombres d'heures qu'elle devrait faire pour rattraper l'immense retard qu'elle avait causé. Elle allait aussi stagné sur les missions, elle aurait moins de temps à consacrer sur la quête des 99 âme de Kishins et cela lui laissait un arrière goût amère dans la bouche. Non, ça n'avait pas été une bonne idée de partir.

Elle s'était à présent arrêter et inspectait le lieux ou elle se trouvait. Ses pas l'avait guidée devant l'escalier menant à l'école et elle se disait que profiter du calme qu'apportait la nuit ne lui ferait pas de mal. De toute façon, à cette heure ci, tout le monde dormait et elle n'aurait pas besoin d'expliquer la raison de sa venue, puisqu'elle l'ignorait elle même sauf si bien sûr, quelques professeurs traînaient encore à l'intérieur. Heureusement, une fois qu'elle eut monter les interminables marches, elle constata bel et bien que la place était déserte et qu'elle pourrait donc se reposer à satiété. Et elle ne se gêna pas. Elle s'installa donc tout à son aise sur un banc, près d'un arbre, et feuilleta son livre. Le bruit des pages scandaient leur musique si particulière qui avait toujours eu le dont de l'apaiser, seulement, elle ne s'en rendait compte que maintenant, il faisait bien trop noir pour lire et les écritures étaient illisibles. Chose fortement ennuyeuse puisqu'elle avait pris l'habitude de lire lorsqu'elle n'avait rien à faire ou se sentait contrariée. Elle décida alors de s'allonger, le regard levé vers le ciel pour observer madame la Lune. Son esprit étant trop occupé à vagabonder pour s'apercevoir qu'elle était espionnée.
Revenir en haut Aller en bas
 

Funambule Noctambule[Maka Albarn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Funambule Noctambule[Maka Albarn]
» Combat d'Hélène de Night-Gold contre Maka Albarn
» Chasser les sorcières, c'est cool [Pv : Maka Albarn alias la furie ]
» Maka Albarn
» Maka apprenti faucheuse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Archives Rpg-