Partagez | 
 

 Squattage chez l'habitant [Feat Nyuuwa Haru]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Invité


Invité


MessageSujet: Squattage chez l'habitant [Feat Nyuuwa Haru] Jeu 27 Aoû - 18:24

Quand Nyu est partie, je me suis senti un peu conne à moitié en plan dans les toilettes avec ma valise ouverte, les vêtements de Nyu et la boîte à maquillage encore ouverte. J'ai rapidement compris par ce qu'elle m'avait dit qu'il y avait une histoire de retard et d'entraînement.
Enfin bref, je me suis retrouvée toute seule. J'étais un peu bougonne de m'être fait lâché comme ça d'un coup, d'autant plus qu'elle avait pris mon numéro de téléphone, mais moi je n'avais pas eu le temps de prendre le sien...
Je me retrouvais donc sans nul part où aller. Au moi, elle avait payé l’addition et je n'allais pas être obligé de courir pour échapper au règlement ! C'était bien la première fois que je buvais un coup dans la légalité... A la fois, c'est pas comme si j'étais pété de thunes pour faire ce que je voulais.

Je suis alors sorti du bar en me demandant ce que j'allais bien pouvoir faire ; c'est là que je me suis rendu compte que j'avais mon rendez-vous a Shibusen dans très peu de temps et que j'allais être aussi à la bourre... Je me suis donc mise à marcher vers le lieu que l'on m'avait indiqué pour terminer mon inscription et avoir droit à une très rapide visite des lieux afin d'expliquer aux nouveaux venus ce qui allait arriver dans les prochains jours.
Une fois arrivé sur le lieu, on m'a indiqué une salle dans laquelle patienter avant que quelqu'un vienne me présenter le fonction de l'école ainsi que les divers bâtiments.

Je sais pas combien de temps j'ai passé là-bas, mais j'ai cru que j'allais m'endormir tellement je m'ennuyais pendant que la personne qui m'expliquait tout ça parlait sur un ton monocorde.
Je pense d'ailleurs que je me suis endormie à un moment, parce qu'il y a des passages dont je ne me rappelle même pas avoir entendu un seul mot...
On est ensuite passé à la visite du lieu ; chose inutile, car au vu de mon non-sens de l'orientation, je me perdrais surement tout le temps dans l'école sans jamais pouvoir trouver la moindre pièce déjà visitée...

Au bout d'un long moment, j'ai enfin pu m'en aller. Mais pour partir où ?
Je suis passé au niveau du secrétariat pour demander si ils possédaient l'adresse de la petite Nyu que j'avais rencontré. Dans un premier temps, la secrétaire fut assez réticente à me donner l'adresse de quelqu'un, mais après lui avoir fait les yeux doux et lui avoir dit que c'était une amie que je venais de rencontrer et que je devais aller voir parce qu'elle avait oublié des affaires que je devais lui rendre, elle a accepté de m'indiquer son adresse.

J'ai alors commencé à redescendre de Shibusen pour me rendre à l'endroit indiqué par la demoiselle. Pourtant, j'étais complètement incapable de me repérer... J'ai du demander à au moins une vingtaine de personnes si ils connaissaient la route pour rejoindre l'appartement !
C'est au bout d'une bonne demi-heure de galère que j'ai enfin pu atteindre mon but ! J'étais devant la résidence où se trouvait l'appartement de la petite Nyu.

J'ai regardé sur la boîte aux lettres le numéro de l'appartement sur lequel était marqué son nom de famille et puis je suis monté jusqu'à sa porte. Une fois devant, je me suis demandé si j'allais sonner ou pas. En un sens, je voulais ménager un peu l'effet de surprise de ma présence, mais d'un autre côté, si la porté était fermée, cela aurait voulu signifier que je serais obligé de sonner !
J'ai alors testé la poignée pour me rendre compte que c'était ouvert. Je suis alors rentré en fermant la porte derrière moi et en annonçant :


« - Salut princesse ! Ta Jerzy est de retour ! »

Et puis je me suis rendu compte qu'elle était en face de moi, entièrement nue s'essuyant dans sa serviette de bain, encore toute mouillée. Je suis resté sans voix quelque secondes, dévorant des yeux ce spectacle pour le moi très agréable. Je me suis mordu la lèvre en la regardant. Jeune, mais si belle dans sa presque entière nudité. Un beau brin de femme dans l'avenir !
Je lui ai annoncée d'un air très pervers :


« - C'est fou, mais t'es encore plus jolie sans rien qu'avec des sous-vêtements ! »

Et puis j'ai rajouté :

« - En fait j'ai nul part où aller pour dormir et j'ai pas une thune pour trouver quoi que ce soit ; alors je me suis dit que chez toi, ça serait bien, hein !? Sinon j'aurais été obliger de dormir dehors... Et tu aurais pas voulu que ta chère Jerzy soit toute seule dehors, toute triste, hein ? »

J'ai bien mis en valeur mon regard de chaton tout mignon pour accentuer ma dernière phrase afin d'augmenter drastiquement l'empathie à mon égard et pour que je puisse squatter ici.
Et puis la compagnie de la jeune fille serait pour moi une chose bien agréable, parce que vivre seule, c'est pas très cool et c'est ennuyeux, d'autant plus que j'aurais ici maintes possibilités de pouvoir me rincer l'oeil.
Une fois ma valise au sol, j'ai retiré ma robe et mes chaussures pour rester en sous-vêtements -qui d'ailleurs était en dentelles noir – et je me suis affalé dans le canapé en disant :


« - Ha ben il fait bon de se posey' dans un canapey' comme ça ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin
Messages : 25
Age : 20

Feuille de personnage
Expérience :
125/500  (125/500)
Points Job:
447/480  (447/480)




MessageSujet: Re: Squattage chez l'habitant [Feat Nyuuwa Haru] Jeu 27 Aoû - 19:15

Ah ! Quel bonheur simple de pouvoir rentré chez-sois après un très long entrainement! Il devait presque être trois heures de l'après-midi ! Je posais mes affaires dans ma chambre et entrepris de me dénuder rapidement. Je me regardais quelques instants dans le miroir. Tiens ! Mes bleus commençaient déjà à sortir ! J'en avais quelques-uns sur les bras, les épaules les jambes et pas mal sur le torse et le dos. Et tiens ! Un magnifique sur le côté de ma nuque. Comment je m'étais fait ça? Oh ! Pas important. Et ben ! Heureusement, je les couvrais avec mes vêtements sinon on pourrait penser que je m'étais fait passer à tabac. Je pliais avec soin les vêtements prêtés par Jerzy avant, de rangeais avec  mon katana de bois dans son emplacement et d'attraper ma serviette. Je bâillai longuement en attendant que l'eau chaude coule. J'attrapais une seconde serviette dans le placard pour mes cheveux. Lorsque l'eau fut chaude, je me glissais sous le jet de la douche avec un soupir de bonheurs. L'eau chaude dénouée, mes muscles. Je me savonnais avec soin en comptant vaguement mes ecchymoses. Un peu plus d'une vingtaine aujourd'hui. Je sortis après une bonne vingtaine de minutes de ma douche. J'enroulais mes cheveux qui me tombaient en dessous des genoux quand ils étaient mouillés dans une serviette. Je les roulais étroitement dedans avant de sortir de ma salle de bains en me séchant. Perdu dans mes pensées, je sursautais et manquais de lâcher ma serviette quand j'entendis la voix de Jerzy

« - Salut princesse ! Ta Jerzy est de retour ! »

Je la fixais complétement ahuris sans comprendre ce qu'elle fichait ici et comment elle avait réussi à trouver mon appartement. Jerzy me dévisagea de haut en bas et de bas en haut avant de me lancer avec un air très pervers

« - C'est fou, mais t'es encore plus jolie sans rien qu'avec des sous-vêtements ! »

Déjà que j'ignorais comment elle était entrée ici, mais maintenant qu'elle me disait ça ! J'étais complétement perdue ! Et surtout qu'est-ce qu'elle foutait ici ! J'eus aussitôt ma réponse


« - En fait j'ai nul part où aller pour dormir et j'ai pas une thune pour trouver quoi que ce soit ; alors je me suis dit que chez toi, ça serait bien, hein !? Sinon j'aurais été obliger de dormir dehors... Et tu aurais pas voulu que ta chère Jerzy soit toute seule dehors, toute triste, hein ? »

Elle fit une bouille de chaton tout perdu et posa sa valise puis entreprit de se dévêtir. Elle se retrouva vautrée sur mon vieux canapé défoncé en sous-vêtements à dentelle noir.

« - Ha ben il fait bon de se posey' dans un canapey' comme ça ! »

Je me rendis seulement maintenant compte que j'étais toujours en serviette à moitié à poil devant Jerzy. Je rougis subitement jusqu'à la racine des cheveux et couru jusqu'à ma chambre en manquant de me casser la figure sur le parquet glissant. Je fermais aussitôt la porte de ma chambre à clé en entrant. Mais... Mais... J'inspirais un grand coup. Bon ! J'allais déjà m’habiller avant de lui poser des questions ! Je m'habillais rapidement avec un simple pantalon noir et une chemise blanche. Je rangeais es serviettes avant de rejoindre Jerzy qui s'était chose étonnante rhabillé. Bon point pour elle (même si ce n'était qu'un t-shirt et un short)! Je rentrais dans ma cuisine et mis à faire chauffer de l'eau. Je fouillais dans mes boites de gâteau et en tirais des cookies. Tiens, je les avais oublié ceux-là ! Je devais les avoir faits il y a deux jours. Ils devaient être encore bons. Je les posais dans une assiette et mis l'eau bouillante dans la théière et posais deux tasses sur le plateau. Je reviens dans le salon et posais le tout sur la table avant d'aller vers la chaine-hifi et en farfouillant dans mes CD's je retrouvais un album de Skillet "Awake" Parfait ! Je branchais ma chaine et mis le volume assez bas ; je n'avais pas envie de me faire virer à cause d'un volume trop fort !
J'attrapais un coussin et m'assis en tailleur dessus puis servis le thé à Jerzy avec calme. C'était un de mes thés favoris le thé Sakura. J'en bus une gorgée avant de reposer ma tasse sur la table.


-Alors je te préviens Jerzy, y a pas de bière ici. Alors juste, une question, comment tu m'as retrouvé ?! Je t'avais pris ton numéro de téléphone, mais je ne t'ai pas donné mon adresse !

J'attrapais un cookie et me mis à le grignotais avec calme en écoutant la réponse de mon amie. Miam ! Ils étaient toujours bien croquant. Je les avais faits au chocolat blanc avec des fruits rouges.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


Invité


MessageSujet: Re: Squattage chez l'habitant [Feat Nyuuwa Haru] Jeu 27 Aoû - 20:00

Je crois que son cerveau à du faire un bon blocage sur mon arrivée. Bon, certes, je venais complètement à l'improviste squatter chez elle et je prenais mes aises comme si j'étais chez moi – et ça allait l'être dans pas longtemps -, mais bon ! C'était pas non plus la mer à boire.
Au bout d'un moment, elle a commencer à rougir de haut en bas comme si elle venait juste de se rendre compte qu'elle été nue -ce qui n'étais pas non plus pour me déplaire -et se mit à courir si vite qu'elle faillit se ramasser plusieurs fois.
Je ne sais pas sic 'était le fait de me voir en sous-vêtements qui lui posait soucis ou si c'était mon arrivée « fracassante ».

C'est là que je me suis dit que j’allais faire un petit effort dans son sens en enfilant un tee-shirt trop grand de Metalica avec un petit shorty, histoire d'être quand même à l'aise. J'ai attendu un moment qu'elle sorte de l'endroit dans lequel elle s'était enfermée.
Une fois en dehors, elle entra dans sa cuisine. J'étais un brin dubitative sur son silence et je me demandais ce qu'elle était en train de faire !

J'étais quand à moi bien vautré sur le canapé -comme d'habitude, en fait- et je profitais du moelleux des coussins pour me reposer après la longue marche pour arriver jusqu'à l'appartement.
Au bout de quelques minutes, Nyu se ramena avec des gâteaux -des cookies, précisément- et les posa avec à côté du thé. Du thé. Non mais sérieusement. Du thé. Je crois que mon visage pris un air déconcerté. Non, mais je veux dire du thé. Comment ça, j'ai bloqué là-dessus ? Ouais c'est bien possible. J'avais jamais vraiment aimé le thé, c'était... comment dire... de l'eau avec un arrière goût sucré, le genre de truc qu'on donnait aux jeunes filles ou aux gamins ! Et elle croyait sincèrement que j'allais boire de ça ? Moi j'ai besoin de bière. Ça c'est de la vrai boisson !
Elle se posa sur un coussin et rempli ma tasse de thé. Elle commença à me questionner :


« - Alors je te préviens Jerzy, y a pas de bière ici. Alors juste, une question, comment tu m'as retrouvé ?! Je t'avais pris ton numéro de téléphone, mais je ne t'ai pas donné mon adresse ! »

La question semblait valable. Après tout, je lui devais bien une explication ! J'ai réfléchis par où j'allais commencer et puis j'ai déclaré :

« - Après que tu m'ai laissée toute seule, dis-je avec un soupçon de rancune dans la voix, j'suis allé à mon rendez-vous pour l'incscription à Shibusen. Là-bas, je me suis fait chié. Et puis une fois finis j'ai utilisé tout mon charme pour faire cracher le morceau à la secrétaire sur l'endroit où tu habitais ; et pouf, je suis venu chez toi ! C'est tout simple, vu que j'ai aucun endroit où aller, je me suis dit que tu voudrais bien de moi chez toi ! Hein !? Tu veux bien de moi ? Hein !? »

Pour la deuxième fois, j'ai fait les yeux de chatons tou doux, histoire d'être bien sur de pas finir dehors ce soir et de devoir dormir à la belle étoile.
J'ai détaillé de haut en bas la tasse de thé et puis je me suis tourné vers ma valise. J'ai farfouillé un moment dedans avant d'en sortir une bouteille au trois quart vide. Le fiat qu'il en reste un fond me rendit le sourire. C'était de la Vodka. Je me suis tourné vers ma tasse de thé et j'ai vidé une bonne grosse lampé dans ma tasse avant d'y rajouter un sucre. J'ai ensuite mélangé avec ma cuillère avant d'en boire ne bonne gorgée.
Je ne me suis même pas rendu compte du goût du thé, trop faible par rapport à celui de l'alcool. En tout cas, ça allait mieux, même si je commençais à avoir bien chaud en buvant ce genre boisson.
J'ai piqué un cookie par gourmandise. Ils étaient bon, au chocolat et aux fruits semblait-il.
Quand j'eu finis de manger mon biscuite, j'ai déclaré à Nyu :


« - Bon, à toi maintenant de m'dire : C'est pour quoi au juste que tu m'as laissé en plan tout à l'heure ? Non parce que t'avais l'air bien pressé de t'en aller ! »

C'est sur que ça ne m'avait pas vraiment plu de me faire laisser en plan comme ça, mais bon, vu que je venais squatter son appartement, j'en ai conclu que je ne devais pas trop lui en vouloir. Enfin en tout cas, pas tant qu'elle m'accepterais dans sa piaule !
Je l'ai fixé des yeux, en repensant aux quelques instants précédents où la jeune fille s'était retrouvée entièrement -ou presque- nue devant moi. Je crois que jamais je n'avais vu d'aussi jolie spectacle. J'avais bien salivé.
Au bout d'un court moment, je me suis rendu compte que j'étais en train de littéralement la dévorer des yeux, comme un prédateur qui regarde sa proie avec un grand sourire, content de pouvoir aller la dévorer.
Je me suis alors contré sur autre chose, même sic 'était plutôt difficile. J'ai ajouté à ma dernière phrase :


« - Ha et puis, je ferais les courses pour la bière, t'en fais pas ma belle ! On pourra s'amuser toutes les deux, c'est moi qui te le dit ! Bon et puis, tu veux faire quoi maintenant ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin
Messages : 25
Age : 20

Feuille de personnage
Expérience :
125/500  (125/500)
Points Job:
447/480  (447/480)




MessageSujet: Re: Squattage chez l'habitant [Feat Nyuuwa Haru] Jeu 27 Aoû - 21:06

Définitivement, je crois que le faîte de donner à Jerzy n'était pas une bonne idée. Mais je m'en fichais. J'avais envie de thé alors je faisais du thé. Demain il fallait vraiment que j'aille faire les courses. Je fixais Jerzy qui finit par répondre

« - Après que tu m'ai laissée toute seule, j'suis allé à mon rendez-vous pour l'incscription à Shibusen. Là-bas, je me suis fait chié. Et puis une fois finis j'ai utilisé tout mon charme pour faire cracher le morceau à la secrétaire sur l'endroit où tu habitais ; et pouf, je suis venu chez toi ! C'est tout simple, vu que j'ai aucun endroit où aller, je me suis dit que tu voudrais bien de moi chez toi ! Hein !? Tu veux bien de moi ? Hein !? »

Tiens, elle m'en voulait d'avoir dû la laisser pour aller à mon entrainement. Elle me refit les yeux doux, je la fixais calmement intrigué. Elle se leva et alla fouiller dans sa valise et revient avec une bouteille de je ne sais pas quel alcool, mais en vida une bonne partie dans son thé. Je plissais le nez. Elle ne sentirait pas les arômes délicats du thé. Dommage pour elle. Elle attrapa un cookie et se mit à le grignoter. Elle semblait les trouver bons. Elle finit par déclarer


« - Bon, à toi maintenant de m'dire : C'est pour quoi au juste que tu m'as laissé en plan tout à l'heure ? Non parce que t'avait l'air bien pressé de t'en aller ! »

Je repoussais en arrière une de mes mèches encore humide avec calme en me servant une nouvelle tasse de thé. Elle me fixa droit dans les yeux puis soudain son regard se voila puis revient. Elle semblait baver devant moi. Je baisser les yeux. Non, il n'y avait rien d'affolant dans ma tenue. Elle ressemblait à un grand chat ayant vu une souris appétissante...Attendez?! J'étais la souris ?! Elle se reprit et déclara

« - Ha et puis, je ferais les courses pour la bière, t'en fais pas ma belle ! On pourra s'amuser toutes les deux, c'est moi qui te le dit ! Bon et puis, tu veux faire quoi maintenant ? »

Je bus une nouvelle gorgé de thé et savourai les arôme délicats les yeux fermé quelques instants. Je balançais la tête en rythme avec la musique. Monster. L'une de mes favorites. Je reposais ma tasse de nouveau sur le plateau et pris la parole avec calme

-Si je t'ai laissé en plan tout à l'heure, c'est parce que j'avais entrainement au maniement du katana. Et que je devais passer chez moi prendre mes affaires et repartir. Sachant que le gymnase ou se trouve le dojo se trouve quand même assez loin de là où on était. Donc je devais partir. Et pour les courses oui, tu pourras acheter de la bière, mais je te préviens t'as intérêt à payer un peu les courses et le loyer. Pas tout ni la moitié, mais un minimum syndical. Et aussi, tu feras le ménage une fois sur deux. La cuisine, tu ne touches pas, c'est mon domaine.

Je préférais tout de suite mettre les limites à ma colocation forcée avec Jerzy. Même si je l'aimais beaucoup, je préférais éviter de me retrouver dans une porcherie. Et si elle voulait s’amuser, je la laisserais faire du moment que je pouvais continuer mes entrainements et faire un peu mes devoirs et exercices sans devoir gueuler contre le métal trop fort. Et je tenais à mon espace vital, mais il y avait quand même un truc que je n'allais pas du tout aimé. Le faîte de ne plus pouvoir me balader à poil dans mon appartement quand je voulais. Parce que pas qu'elle me faisait peur, mais je n'aimais pas son regard et si on était dans un manga, je crois qu'elle se serait mise plus d'une fois à saigné du nez. Je finis une nouvelle fois ma tasse de thé et répondis à Jerzy

-Surement allé faire les courses pour ce soir. Y a un marché par très loin et sinon si je ne trouve pas tous, j'irai dans les épiceries. Et toi ? Tu veux rester ici pour t'installer ou tu veux venir avec moi ?

Je me redressais et attrapais la théière vide et la ramenais dans la cuisine. Je vidais les feuilles de thé dans la poubelle et rinçais rapidement la théière avant de la mettre à sécher. Je jetais un œil dans le frigo et fis mentalement une liste dans ma tête de ce qu'il fallait. Ce soir, je ferais une mousse au chocolat ! Mais avec quoi en plat principal ? Je refermais la porte du frigo et fouillais dans ma bibliothèque, je lançais à Jerzy qui semblait un peu perdu

-Je vérifie le menu de ce soir. Escalope panée avec des haricots et des carottes et en dessert de la mousse au chocolat ça te branche ? Tu as le droit à la bière du moment que tu ne me vomis pas partout.

Je filais dans ma chambre prendre mon porte-monnaie et vérifié l'argent dedans. Heureusement que je venais d'une famille aisée ! Oui, j'avais parfois du mal à resté en place. Surtout quand je revenais d'un de mes entrainements, c'est-à-dire trois à quatre fois par semaine. J'attrapais un sac et souris à Jerzy attendant sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


Invité


MessageSujet: Re: Squattage chez l'habitant [Feat Nyuuwa Haru] Ven 28 Aoû - 2:49

Quand j’eus finis de parler, elle commença par déguster son thé. A voir sa tête, ses yeux clos, c'était une boisson dont elle se délectait particulièrement ; Je me suis dit que c'était sans doute le même genre de relation qu'entre moi et la bière.
En fond musical passait Skillet, un groupe que j'appréciais, mais pas plus que ça. C'était une chanson qui semblait, en combinaison avec le thé, transporter Nyu. Elle oscilla quelque secondes en rythme avant de s'arrêter, de déposer la tasse et de répondre à mes questions :


« -Si je t'ai laissé en plan tout à l'heure, c'est parce que j'avais entraînement au maniement du katana. Et que je devais passer chez moi prendre mes affaires et repartir. Sachant que le gymnase ou se trouve le dojo se trouve quand même assez loin de là où on était. Donc je devais partir. Et pour les courses oui, tu pourras acheter de la bière, mais je te préviens t'as intérêt à payer un peu les courses et le loyer. Pas tout ni la moitié, mais un minimum syndical. Et aussi, tu feras le ménage une fois sur deux. La cuisine, tu ne touches pas, c'est mon domaine. »

Au moins c'était clair et net. En un sens, ça m'arrangeait d'avoir une piaule dans laquelle créchait une belle damoiselle, alors j'allais pas non plus être chiante sur ce qu'on me demandait, d'autant plus que ce n'était pas vraiment la mère à boire. Enfin, sauf pour le ménage. J'ai toujours détester ranger et nettoyer...
Mais bon, si c'était la seule chose à faire, il faudra bien que je m'y fasse. Pourtant, pour paye rune partie des courses ou le loyer, je ne peux pas du tout pour le moment ; il va vite falloir que je trouve un nouveau boulot afin de pouvoir gagner de quoi payer une partie du loyer...
Elle termina son thé avant de continuer sa réponse :


« -Sûrement aller faire les courses pour ce soir. Y a un marché par très loin et sinon si je ne trouve pas tous, j'irai dans les épiceries. Et toi ? Tu veux rester ici pour t'installer ou tu veux venir avec moi ? »

Un marché ? Pourquoi pas. J'étais déjà installé et ce parce que je n'avais pas d'autres bagages que ma propre petite valise contenant des vêtements et des ressources vitales, comme de la bière ou des alcools fort, histoire d'être sûre de ne jamais en manquer.
Nyu se leva vers la cuisine avec la théière à la main. Je me suis demandais ce qu'elle allait faire. Et puis mon regard s'est à nouveau porté sur les quelques cookies sur la table. Ils étaient drôlement bon ! J'en ai attrapé un autre et je l'ai grignoté tout en me demandant ce qu'elle pouvait bien faire dans la cuisine. La réponse à ma question intérieure ne fut pas longue à arriver :

« -Je vérifie le menu de ce soir. Escalope panée avec des haricots et des carottes et en dessert de la mousse au chocolat ça te branche ? Tu as le droit à la bière du moment que tu ne me vomis pas partout. »

Ma fois, un repas restait un repas. De toute façon, vu que je n'avais pas à gérer tout ce qui était du ressort de la cuisine, je n'étais pas très regardante sur ce qu'on allait manger. Enfin, pas tant qu'il y aurait un bon morceau de viande dans chaque menu. J'ai toujours adoré la viande ! Je suis une belle carnivore, une prédatrice aguerrie, en somme.
Pour la bière, j'émis un sourire. Ça se voyait qu'elle ne me connaissait pas. Ma résistance à l'alcool est vraiment très grande ; chez nous on buvait de la vodka à partir de 10ans pour se réchauffer pendant l'hiver. Bon c 'était peut être aussi parce que mon père a toujours été quelqu'un de particuliers, mais bon. Grâce à cet « entraînement », je peut profiter de l'alcool sans jamais vraiment avoir envie de vomir. Enfin en tout, je connaissais mes limites et si je voulais rester ici, il fallait que je fasse un minimum attention.
Nyu passa par ce qui semblait être sa chambre et en sortie avec un sac. Elle m'adressa un sourire radieux qui voulait savoir si je venais ou non.
Je lui ai annoncé :


« - J'arrive poulette ! Laisse moi juste une seconde pour enfiler un truc pour sortir »

J'ai plongé dans ma valise à la recherche de quelque chose. J'y ai trouvé une jupe en dentelle avec quelques chaînettes et un jolie corset noir dont le haut et le bas possédait une bordure en dentelle noire.
Je me suis désapé devant elle pour finir en sous-vêtements et puis j'ai enfilé ma jupe et mon corset. Je commençais à avoir l'habitude de l'attacher et je ne mis que quelques minutes avant de finir de m'habiller. Je finis par enfiler mes news rocks à talon. J'étais prête. J'en informa la jeune fille :


« - Et voilà ma jolie, j'suis ready to go ! Bon par contre j'suis désolé mais là tout de suite je suis à sec et j'pourrais pas d'aider pour tes courses, mais je le ferais dès que je pourrais ! »

J'ai marqué une pause l'espace d'un instant avant de reprendre en m'approchant d'elle :

« -En tout cas, merci de m'accepter chez toi ma belle ! »

Je lui fit un câlin, la dominant un peu de ma hauteur acquise grâce au new rock avant de lui caser un bisou sur la joue. Et puis je lui ai fait signe que je la suivait.
Elle ferma la porte derrière nous et commença à marcher dans une direction qui lui semblait connue. Moi j'étais complètement paumé au bout de 20m et je n'aurais pas su rentrer chez ma colocatrice toute seule...

Au bout de plusieurs minutes de marche, on arriva au niveau du marché. Ce n'était pas vraiment quelque chose de très grand, mais il y avait tout de même quelques stands qui vendaient de tout. J'ai balayé du regard le marché avant de repérer le stand sur lequel était vendu le vin et autres boissons alcoolisées. J'ai pris Nyu par la main et je l'ai tiré vers là-bas.
Une fois arrivée, je lu ai annoncé :


« - Si tu veux bien, on prend quelque trucs pour que je puisse te faire des cocktails pour accompagner l'apéro ! Tu verras, si y'a bien un truc que je maîtrise, c'est ça ! Hein, tu veux bien !? »

Je lui fit une liste rapide des quelques boissons dont j'avais besoin -tout en ajoutant deux packs de bières- et lui fit encore les yeux doux. J’espérais que cette fois encore, ça allait marcher. Il fallait que ça marche. Comment pourrais-je survivre sans cocktails et sans bières ?

HRP:
=> Le corset
Spoiler:
 
=> La jupe
Spoiler:
 
=> Les new Rocks
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin
Messages : 25
Age : 20

Feuille de personnage
Expérience :
125/500  (125/500)
Points Job:
447/480  (447/480)




MessageSujet: Re: Squattage chez l'habitant [Feat Nyuuwa Haru] Ven 28 Aoû - 12:16

Je crois que je n'aurais pas du tout dû parler de repas, car j'entendis son ventre gronder. D'accord, j'avais un estomac à patte à la maison ! Elle allait finir par me vider le frigo en dix minutes ! En tout cas, elle semblait d'accord pour me suivre au marché. Tant mieux, j'allais avoir besoin de bras pour porter les courses ! Surtout si elle prenait de la bière. Ce qui je pense allait se produire, la connaissant. Elle me lança avec un radieux sourire

« - J'arrive poulette ! Laisse moi juste une seconde pour enfiler un truc pour sortir »

Oui, c'était sûr, je n'allais pas la laissée filée comme ça, je n'avais pas envie qu'elle se fasse siffler et qu'elle aille foutre son poing dans la gueule au garçon. On avait beau être à Death City, il y avait des cons partout alors. Je fermais pudiquement les yeux en me tournant légèrement quand elle se déshabilla. J'en avais marre de rougir jusqu'à la racine de mes cheveux moi ! Et puis non quand même ! Je n'avais pas besoin de la voire à poil toutes les dix minutes ! Je ne rouvris les yeux et me retourner vers elle que lorsqu'elle me lança

« - Et voilà ma jolie, j'suis ready to go ! Bon par contre j'suis désolé mais là tout de suite je suis à sec et j'pourrais pas d'aider pour tes courses, mais je le ferais dès que je pourrais ! »

Je la fixais rapidement. Jupe noire avec de la dentelle, corset et chaussure à talons. Déjà que j'étais petite, mais alors là, j'allais passer pour une gamine à côté d'elle ! Elle me fixa et reprit la parole

« -En tout cas, merci de m'accepter chez toi ma belle ! »

Je n'allais quand même pas virer une amie dans le besoin ! Du moment qu'elle faisait ce que je lui disais. Je devrais pensais à fermé au cas où la porte de ma chambre. On ne sait jamais ! Elle s'approcha de moi et me serra contre elle. Je restais surprise sans faire le moindre geste. Euh... De rien ? C'est ce que j'aurais dû répondre ? Et pour les courses faudrait que je lui dise que Shibusen proposait des petits boulots. En temps que serveuse, elle aurait beaucoup de succé ! Elle me lâcha et se dirigea vers la porte. J'attrapais ma pochette et la nouais atour de ma taille avant de sortir et de fermer la porte.
Je me dirigeais d'un pas souple vers le marché. Au bout de quelques semaines, j'avais mémorisé le trajet. C'était plus simple qu'un enchainement de coups avec le katana. D’ailleurs, ce soir, je ferais mes exercices. Je regardais le marché. J'allais devoir aller dans une épicerie pour trouver le chocolat et la farine. Tant pis ! Soudain Jerzy me tira par la manche en me désignant le marchant d'alcool. Et elle me refaisait les yeux de chatons. Elle me supplia

« - Si tu veux bien, on prend quelque trucs pour que je puisse te faire des cocktails pour accompagner l'apéro ! Tu verras, si y'a bien un truc que je maîtrise, c'est ça ! Hein, tu veux bien !? »

Je souris amusée par sa réaction et sortis un peu d'argent de mon porte-monnaie et lui fourrai dans la main.

-Tiens, je te laisse me faire la surprise. Si tu as besoin d'un boulot pour l'argent demande à Shibusen ils t'en trouveront un ! Bon, je vais faire les courses, je reviens. Au pire si tu me trouves plus demande aux marchands.

Je filais après un sourire. Je passais dans les étalages en achetant chez les marchands en échangeant quelques mots avec eux. Ils avaient vite appris à me reconnaitre et ils m'aiment bien. Souvent, ils me donnaient des conseils pour la cuisine que j'écoutais avec soin. J'adorais cuisiner, je n'y pouvais rien ! J'eus bientôt mon sac rempli à ras bords et les marchands serviables me donnèrent d'autre sac. Je finis par aller acheter les différentes sortes de chocolats et la farine. Je reviens vers l'endroit où j'avais laissé Jerzy. J'avais été plus rapide que d'habitude à peine une demie heure. Je regardais autour de moi. Où avait-elle bien pu filer ? Ah la voilà ! J'avais vu sa tête vers l'étalage du boucher et filer la récupérer.

-Jerzy ! Je suis là ! Lançais-je

Je m'approchais d'elle et lui pris le poignet après une nouvelle fois salué le boucher. Je la reconduisis chez moi, enfin nous, enfin, je ne savais plus. Elle avait acheté pas mal de truc à boire. J'ouvris la porte et rentré lui laissant le soin de la refermer derrière elle. Pendant qu'elle faisait, je ne sais quoi je rangeais les courses, mais laissais sortie la crème, quatre œufs le sucre et le chocolat. Je fis rapidement la mousse au chocolat sans trop faire attention à ce qu'il se passait autour de moi, mais je mis une tape sur la main à Jerzy qui voulait mettre les doigts dans le plat. Je finis par mettre des petites de chocolat blanc au lait et noires avant de mettre le saladier dans le frigo. Je lavais la cuisine et ressortis dans le salon. Je demandais à Jerzy en changeant de CD dans la chaîne hifi

-T'as trouvé ton bonheur en alcool ?

Mmm... Que mettre comme musique ? Avenged? Non. Within Temptation? Non. Evanescence? Non. Eluveitie? OUAIS ! Je glissais dans le lecteur leur dernier album avant de faire un pont en arrière et de me mettre à marcher sur les mains avant de revenir sur mes pieds. Non ce n'était pas de la frime ! J'en avais juste envie ! Je jetais un œil à l'horloge. Six heures. J'avais encore du temps pour le repas. Encore une grosse heures. Soudain, une pensée me traversa


-Au faîte Jerzy ! Faut que je te fasse visiter un peu !

Je lui pris le poignet et lui montré la cuisine : bon, c'était mon domaine, mais on y mangeait aussi. Je lui montrais ensuite les toilettes la salle de bains et enfin rapidement ma chambre


-Alors ça ! Cette pièce ! Tu n'y rentres pas sans mon autorisation !

Il n'y avait rien de bien particulier, c'était assez vide à part mon armoire, mon lit et mon bureau, il n'y avait pas grand chose. Il y avait juste une peluche en forme de lapin sur mon lit. Et on voyez le manche de mon katana de bois. Mais rien d'autre. Je la ramener dans le salon. Je me coucher sur le parquet et fermais les yeux me laissant porter par la musique d'Eluveitie. Une présence penchée sur moi me fit ouvrir les yeux. Je sursautais en voyant Jerzy. Je ne m'étais pas assoupie alors elle voulait quoi ?


Dernière édition par Nyuuwa Haru le Mer 9 Sep - 14:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


Invité


MessageSujet: Re: Squattage chez l'habitant [Feat Nyuuwa Haru] Ven 28 Aoû - 15:09

Elle me sourit avec un regard qui ne voulait pas dire que cela l'embêtait, mais qu'elle trouvait la situation pittoresque, voir drôle, peut-être... C'était ma foi mon jour de chance ! Elle me donna un peu d'argent - pour moi, une véritable fortune en ces temps de disette – en déclarant :

« -Tiens, je te laisse me faire la surprise. Si tu as besoin d'un boulot pour l'argent demande à Shibusen ils t'en trouveront un ! Bon, je vais faire les courses, je reviens. Au pire si tu me trouves plus demande aux marchands. »

Travailler à Shibusen ? Pourquoi pas. Après tout, ils avaient le café dans lequel on s'était rencontré avec l'autre demoiselle et peut être qu'ils accepterait de me prendre comme serveuse, surtout que j'ai pas mal d’expérience dans le boulot !
J'observais plus attentivement dans ma main la coquette somme ainsi donnée par ma chère Nyu avant de relever la tête vers le prix de différents alcool. Et puis j'ai compris la fin de sa phrase. Elle me laissait pour aller dans le marché. Je me suis tourné d'un coup pour tenter de l'apercevoir, moi qui avait compris trop tard qu'elle me laissait la retrouver, mais je n'y arriva pas. Bon, et bien j'étais bien dans la merde moi pour la retrouver. Bon, de toute façon, je n'avais guère plus de choix que de rester à me balader en attendant qu'elle me retrouve. Parce qu'au final, je lui avait donné mon numéro, mais moi, elle ne m'avait toujours pas donné le sien...
Je me suis replongé dans l'observation des alcools devant moi avant de commencer à en faire le tri dans ma tête, histoire de savoir quoi prendre et pour quelle situation. J'ai commencé à parcourir de mes yeux, cherchant à dénicher ce qui allait pouvoir convenir le mieux à ce dont j'avais besoin. De la vodka ? Mouaif, non pas pour les cocktails. Du rhum ? Ha ça oui ! Du blanc te du brun. Un peu de Curaçao, de la manzanna, du sucre de canne liquide, de l'alcool de lichi pour le côté exotique et enfin, deux pack de bières ! J'ai aussi pris quelque soft pour mélanger dans les cocktail (jus d'ananas, jus d'orange, jus de pomme).
J'ai regardé le vendeur qui m'a annoncé un prix qui semblait un peu cher pour le tout ; je me suis approché de lui en dénouant un peu le décolleté de mon corset tout en lui faisant les yeux doux, histoire d'essayer d'avoir une réduction. Au bout d'une négociation musclée, j'eus droit à une réduction d'environs 30 % sur le prix total. Une réussite, en soi !

J'ai alors commencé à me diriger à l'odeur vers ce qui semblait être le stand de viande. C'est;là que j'ai commencé à baver devant les morceaux de steaks bien juteux et devant du saucisson. J'ai craqué pour deux saucissons qui avait l'air délicieux. Quand j'eus finalisé l'achat, j'ai entendu une petite voix m’appeler derrière moi :


«  - Jerzy ! Je suis là »

Je me suis retournée en reconnaissant Nyu qui semblait ravie et dont le sac était rempli à ras-bord de courses. Elle vint vers moi et me pris pas le bras, m'arrachant à la douce contemplation de cette belle viande qui n'attendait que d'être mangé.
Elle m'a reconduit chez elle -et heureusement, sinon j'aurais pas été arrivé- . Dès qu'elle est rentrée, elle s'est mise à trifouiller dans sa cuisine. Je me suis approché pour voir ce qu'elle pouvait bien traficoter dans son sanctuaire culinaire ; la réponse me parvint rapidement : une mousse au chocolat.
J'ai tenté une approche ninja avec mon doigt pour récupérer un brin de chocolat, mais je n'ai au final reçu qu'une tape sur ma main pour m'empêcher de commettre cet acte de gourmandise.
Ne pouvant pas goûter les plats que ma chère Nyu préparait, je me allongé sur le canapé. J'ai commencé à réfléchir à ce que j'allais bien pouvoir concocter pour l'apéritif.
La jeune fille sortie de sa cuisine en se dirigeant vers la chaîne hi-fi pour y mettre un peu de musique ; elle me lança pendant qu'elle choisissait ce qu'elle allait mettre :


« - T'as trouvé ton bonheur en alcool »

Un sourire illumina mon visage. Ouais, j'avais trouvé de quoi faire. Je lui répondit simplement :

« - Ho ouais t'en fait pas ma belle, ça va swinger à l'apéro ce soir ! »

De la musique commença à emplir la pièce. C'était un groupe bien de chez moi qui passait ! Eluveitie ! J'étais contente et ma tête balançait au rythme de la musique. Soudain, Nuy se mit à faire le pont et à marcher sur les mains.
Mon regard fut relativement surpris de ce genre de comportement, mais bon, ma foi, si ça l'éclatait. EN tout j'ai pu remarqué qu'elle était sacrément souple la bougresse !
Et puis soudain, elle se tourna vers moi et me pris encore par la main -à croire que ça en devenait une habitude !- en annonçant :


« - Au fait Jerzy, il faut que je te fasse visiter un peu ! »

Elle me montra la cuisine, que je connaissais déjà, mais aussi la salle de bain et les toilettes, avant de m'indiquer sa chambre, endroit dont elle m'interdisait l'accès sans autorisation ; c'était une pièce de taille très moyenne avec peu de choses -bureau, lit, armoire- et un doudou posé sur le lit. Elle 'ma ensuite ramené dans le salon et s'est couché sur le parquet, profitant de la musique. Ses petits yeux fermés étaient si mignon et son petit visage semblait rayonner encore plus quand elle dormait ; elle me plaisait bien, cette fille. Mais elle s'était allongé sur le parquet alors que le canapé n'était pas encore pris par ma présence !
Je me suis penché vers elle et je crois que je l'ai faites sursauté. Pourtant je n'avais rien fait de particuliers !
Je l'ai regardé d'un regard tendre et je lui ai fait signe qu'elle pouvait fermer les yeux. Je l'ai ensuite prise dans mes bras en la soulevant et je l'ai posée sur le canapé pour qu'elle soit assise de façon plus confortable.
Je me suis assise contre elle et je lui ai caressé les cheveux. J'avais un sourire un peu béat sur le visage et je ne savais pas vraiment ni pourquoi ni comment ça se faisait que j'avais l'impression d 'être si heureuse à ce moment là, comme si une complicité naissante commençait déjà à nous rapprocher alors que l'on venait à peine de se rencontrer ! Pourtant je n'étais pas fille facile !

Je me suis levé au bout de quelques minutes et j'ai déclaré à ma colocataire :


« - Bon, si ça te dérange pas, je vais emprunté ta douche ma belle ! Tu peux faire dodo, j'essayerais de pas faire trop de bruit, ça serait dommage de réveiller un si bel ange en sommeil ! »

Je me suis déshabillé sur place avant de me diriger dans la salle de bain et me passer sous la douche chaude. Ça faisait du bien de prendre une bonne douche ! Je me sentais bien sous l'eau qui coulait sur moi. J'ai passé un moment sous la douche avant d'avoir fini ; puis je suis sorti. J'ai pris une serviette et je l'ai entourée autours de mon, avant d'en prendre une seconde pour mes cheveux. Je suis sorti de la salle de bain et je me suis appuyé à une fenêtre. J'ai roulé une clope et je me suis mise à fumé en regardant au loin. J'étais un peu perdu dans mes pensées, j'en avais presque oublié que j'étais chez Nyu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin
Messages : 25
Age : 20

Feuille de personnage
Expérience :
125/500  (125/500)
Points Job:
447/480  (447/480)




MessageSujet: Re: Squattage chez l'habitant [Feat Nyuuwa Haru] Ven 28 Aoû - 18:19

C'était quoi ce regard que me lançait Jerzy. OK! Nota benne : ne plus jamais s'installer sans défense sur le parquet de chez-moi. J'allais finir dans un drôle d'état moi ! Elle me fit signe que je pouvais refermer les yeux, ce que je fis légèrement sur mes gardes. Elle me souleva dans ses bras et me transporta jusqu'au canapé et m'y installa avant de ce blottir contre moi et de me caresser les cheveux. Hein ? Mais mais..... Elle faisait quoi là ? C'était assez étrange. Je fixais Jerzy qui avait un sourire absolument crétin collé sur la figure. Sauvez-moi... Par pitié ! Enfin, je dis ça, mais c'était quand même bien agréable et je me blottis un peu contre elle. Au bout de quelques minutes bien que j'apprécie le câlin Jerzy se leva et déclara

« - Bon, si ça te dérange pas, je vais emprunté ta douche ma belle ! Tu peux faire dodo, j'essayerais de pas faire trop de bruit, ça serait dommage de réveiller un si bel ange en sommeil ! »

Je fermais aussitôt les yeux quand elle enleva ses habits..... Mais c'était une nudiste ou quoi ?! Dés qu'elle fut dans la bouche, je me levais et m'étirais avant d'aller dans ma chambre. Je sortis mon katana en bois et filer dans le salon. C'était le seul endroit où je pouvais faire mes exercices sans trop de risque de casser quelques choses. Je m'étirais une nouvelle fois et commencer à faire les exercices lentement les yeux clos.. Lorsque j’accélérais les mouvements, j'ouvris les yeux. Pas question de frapper par mégarde dans quelque chose. Je me retournais surprise en entendant les bruits de pas de Jerzey.... A moitié, nue! Elle s'approcha de la fenêtre l'ouvrit et se mit à fumer. Bon ! Au moins, elle fumait dehors ! Ça ne me dérangeait pas qu'elle fume. Mais dehors, c'était tout ce que je lui demandais. Elle l'avait soit compris soit c'était un tic. Dans les deux cas, c'était parfait.
Je continuais un peu mes exercices puis rangeais mon katana et jetais un œil à l'horloge. Sept et demi ? Déjà ! J'attrapais rapidement un chouchou et m'attachais les cheveux en queue-de-cheval et me dirigeais dans la cuisine en enfilant mon tablier. Entre-temps Jerzy avait fini sa clope et s'habillait. Je sortis ce qu'il me fallait pour cuisiner et commencer le repas. Les haricots mijotèrent bientôt avec les carottes ; je m'occupais de paner les deux escalopes de dinde et passais la tête


-Jerzy ! Tu mets la table s'il te plais?

Je repris aussitôt la cuisson de la viande. Pas question de la louper ! Dés que les assiettes et la viande furent prêtes, j'attrapais les assiettes et les garnis des légumes avant de mettre la viande et de tout poser sur la table. Qui était bien mise. Je souris. Je lancé un joyeux "Bon appétit !" Et commencé à manger avec enthousiasme. Les légumes étaient bons un poil pas asse salé, mais bon et j'avais plutôt bien réussi la viande même si ce n'était pas parfait. C'était correct, du mois pour moi, mais je crois que Jerzy avait adoré le menu parce qu'il ne restait plus rien dans son assiette. Ni dans les casseroles. Je déposé les assiettes dans l'évier et sortis le saladier de mousse. Je préparais deux bols et fis glisser celui avec la plus grosse quantité devant Jerzy. J’espérais que ça allait lui plaire ! Je poussais un petit soupir satisfait. J'avais drôlement bien mangé ! J'attrapais la vaisselle sale et me mis à la faire. C'était plus quelque chose d'automatique qu'autre chose, mais bon. Je souris à Jerzy

-Le repas t'as plus ?

Soudain, quelque chose me frappa. Je me tournais vers Jerzy en fronçant les sourcils


-Dis, je viens d'y penser ! Ton Meister! Il ne va pas être furax que tu n'habites pas avec lui ? Il ne va pas croire que tu cherches un nouveau Meister avec moi ?

Je n'y avais pas pensé avant, mais maintenant ça me frapper. Je fixais Jerzy tout en frottant les bols de mousses au chocolat en attendant sa réponse.


Dernière édition par Nyuuwa Haru le Mer 9 Sep - 14:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


Invité


MessageSujet: Re: Squattage chez l'habitant [Feat Nyuuwa Haru] Sam 29 Aoû - 3:01

Perdu dans mes pensée, j'ai mis un moment avant de me rendre compte que Nyu s'exerçait dans son salon à des exercices basés sur l'utilisation d'un katana. C'est à ce moment que je me suis souvenu qu'elle m'avait signifiait le fait qu'elle était meister d'arme blanche, ou un truc dans le genre.
C'est vrai que je n'y avait pas prêté une attention particulière au moment où elle me l'avait dit, mais maintenant je m'en souvenais un peu.
Je me suis mise à l'observer en diagonale, histoire de regarder comment elle s'entraînait. Au bout d'un moment, elle zieuta au niveau de l'horloge et alla ranger son arme d'entraînement avant d'entrer dans la cuisine.
Je me suis rhabillé -avec mon shorty et mon tee-shirt metallica- et je me suis calé sur le canapé afin de me reposer un peu, vu que je n'avais rien de spécial à faire.

J'ai commencé à sentir l'odeur de la nourriture quelques minutes après m'être allongé sur le canapé et ça m'as directement mis l'eau à la bouche. J'avais la dalle ! Ma journée avait été très productive et le fat de ne pas avoir manger à midi commençait à se faire gravement ressentir...
Mon estomac se mit à gargouiller.
Nyu sorti la tête avant de me demander de mettre la table. J'avais retenu qu'elle mettait la table dans la cuisine, puisqu'elle avait dit qu'on mangeait là-bas.

Je suis alors rentré dans la pièce et j'ai demandé deux trois indications sur où se trouvait quoi pour que je puisse mettre la table. Une fois le couvert dressé, je me suis occupé de mettre des bières dans le frigo. C'était quelque chose que j'aurais du faire avant, en fait, parce que je venais de me priver toute seule de ma bière. Et ça, c'était pas cool. Pas cool du tout même !
Toutefois, le moral perdu à cause de la bière fut rapidement remonté grâce au plat préparé par la jeune fille. C'était un régal ! Je crois que j'ai mangé pour deux, mais bon, mon estomac avait besoin de nourriture !

Et puis elle sortie la mousse au chocolat qu'elle avait mise dans le frigo avant que l'on parte au marché ; celle dans laquelle je n'avais pu mettre mon doigt pour la goûter !
Elle me tendit un bol avec une grosse part à l'intérieur. J'étais contente de pouvoir me régaler d'un dessert, d'autant plus que c'était très bon ! J'avais donc bien choisie ma colocataire, finalement ! J'étais interdit de cuisine -ce qui m'arrangeait- et elle me faisait de bon plats ; que demander de plus ?
Elle m'adressa la parole :


« -Le repas t'as plu ? »

J'avais la bouche pleine de mousse et une moustache de chocolat signifiait d'elle même mon appréciation du dessert. Je lui adressa tout de même un vigoureux hochement de tête avec un « ' 'chez délich'ieux » marmonné la bouche pleine.
Soudain, le ton de la conversation changea car Nyu semblait venir de percuter quelque chose dont elle voulait me faire part :


« Dis, je viens d'y penser ! Ton Meister! Il ne va pas être furax que tu n'habites pas avec lui ? Il ne va pas croire que tu cherches un nouveau Meister avec moi ? »

La bonne blague. Comme si un Meister pouvait m'imposer sa volonté de faire quelque chose ! Bon certes, je n'en avais pas, mais même si j'en avais un, furax ou pas, j'en avais rien à foutre. J 'ai toujours fait ce que je voulais, où je voulais, quand je voulais et personne allait changer ça, Meister ou pas.
Je lui répondis simplement :


« - J'ai pas de Meister. Et puis même si j'en avais un, j'en aurais rien à battre de ce qui lui plaît ou pas ; je fais ce que je veux tant que ça regarde que moi ! »

Je pris une pause avant de continuer :

« - Et puis t'façon, même si ça me plairait bien, tu voudrais pas me manier, hein ? »

C'était un point clé. Elle était Meister d'arme blanche et je n'en ai jamais été une ; en toute logique, me maniait ne serais pas quelque chose d’intéressant pour elle.
Je me suis demandé si elle avait une arme, mais le fait qu'elle me pause cette question me donna la réponse : elle n'en avait pas. Enfin, c'était ce que je supposais. Je lui demandais :


« - Et toi poulette, t'as une arme ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin
Messages : 25
Age : 20

Feuille de personnage
Expérience :
125/500  (125/500)
Points Job:
447/480  (447/480)




MessageSujet: Re: Squattage chez l'habitant [Feat Nyuuwa Haru] Sam 29 Aoû - 12:04

Au vu de l'énorme moustache de chocolat de mon amie, j'en conclus que le repas lui avait plus. J'allais devoir pour quatre les repas maintenant moi. Parce que oui ! Malgré mon apparence fragile, j'avais un sacré appétit ! Jerzy haussa les épaules pour répondre à ma question

« - J'ai pas de Meister. Et puis même si j'en avais un, j'en aurais rien à battre de ce qui lui plaît ou pas ; je fais ce que je veux tant que ça regarde que moi ! »

J'eus un fin sourire. Je me demandais si quelqu'un avait de l'autorité sur Jerzy. Son père sans doute ? S'il était du même genre ça devait donner ! J’imaginais la scène et ne pus me retenir de rire. C'était tellement comique ! Je sursautais quand elle s'adressa de nouveau à moi

« - Et puis t'façon, même si ça me plairait bien, tu voudrais pas me manier, hein ? »

Elle laissa passer trois secondes et reprit une nouvelle fois la parole

« - Et toi poulette, t'as une arme ? »

Les questions n'avaient pas été inversées ? Je posais les bols près de l'évier et m'essuyais les mains avec calme

-Je crois que tes questions ont été inversées! Mais pour y répondre, je n'ai pas d’arme et je ne pense pas pouvoir te manier. Ma spécialité, c'est le m’animent des armes blanches. De préférence, le katana. Je ne suis pas musicienne. Et je n'en suis pas sûre que nos longueurs d'âmes s'accordent.

Je finis de ranger les assiettes et les bols et jetais un œil à l'heure. Neuf heures et demi. . Je réfléchis. Qu'avais-je demain matin ? Une nouvelle réunion pour trouver un partenaire. J'avais intérêt à y aller ! Si je voulais enfin partir en mission et collecter des âmes. Parce que le dojo, c'était bien, mais j'étais sûre que le terrain, c'était mieux ! Il y avait surement beaucoup plus de risques ! Et c'était donc surement beaucoup plus drôle. Oui je suis une malade. Ça pose un souci à quelqu'un ? Je m'étirais donc faisant craquer mon dos. Je ressortis de la cuisine et fouillais dans les placards de ma chambre pour dénicher un oreiller propre et une couette. J'installais le tout sur le canapé. Seul problème de la couverture, c'était qu'elle était rose bonbon avec des licornes dessus et l'oreiller lui était rose aussi. Bon j'en avais pas d'autre et si elle en voulait une autre, il fallait qu'elle se la payer ! Parce que mine de rien, la literie coûtait un bras. Je baissais le volume de la chaîne hi-fi pour ne presque plus l'entendre. Inis Mona. J'avais oublié que le CD d'Eluveitie était une compilation de beaucoup de leur titre en plus de leur quatrième album. Je souris à Jerzy

-Tu vas devoir dormir sur le canapé, je n'ai qu'un lit. Bon, je te laisse, je dois me lever tôt demain ! Si tu ne me vois pas, c'est donc normal ! Et donc évite le métal à fond à trois heures du matin.

Je l'embrassais sur la joue puis filais dans la chambre. J’ôtais mes vêtements et les replier dans l’armoire. Je passais mon vieux t shirt sans forme noire avec mon jogging. Je mis une petite demie heure à me brosser les cheveux. L'avantage de les avoir rapidement huilé avec l'huile de jojoba après la douche. Je m'approchais de la fenêtre. Dehors, il faisait nuit noire. Je restais quelques secondes immobile à observé les étoiles puis je tirais les rideaux. J'éteignis la grande lumière et allumais la lampe de chevet. Je réglais mon réveil pour huit heures et éteignis la lumière. J'attrapais ma grosse peluche de lapin et me rouler en bouler sous ma couverture mon lapin serrait dans mes bras. Je l'aimais moi ma grosse peluche de lapin usée jusqu'à la corde ! Et tant pis si on disait que c'était bébé d'avoir une peluche. Moi, je l'aimais. Je m'endormis rapidement d'un sommeil aussi profond que celui d'un enfant. C'est-à-dire que rien à part un réveil ne pouvait me sortir du sommeil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité


Invité


MessageSujet: Re: Squattage chez l'habitant [Feat Nyuuwa Haru] Lun 31 Aoû - 1:46

A mes questions, elle me répondit simplement qu'elle n'avait pas d'arme et que me manier c'était globalement pas son truc ; elle était plutôt katana – ce qui se voyait, avec son entraînement – et elle ne pensait pas vraiment qu'on était faites pour bien s'accorder.
En soi, je ne savais pas vraiment si c'était le cas ; qu'est-ce qui pouvait bien s'accorder avec moi ? Une âme qui soit prête à m'accepter et à ne pas juger tout en évitant d'entrer en conflit. Je pense que c'est la meilleur définition qui puisse être faite de mon meister idéal. Après, n'ayant pas vraiment les connaissances adéquates, j'avoue ne pas vraiment savoir ce qui pourrait me correspondre vraiment...
En un autre sens, je me suis toujours demandé si j'avais vraiment besoin d'un meister. J'entends par là que j'ai toujours été quelqu'un d'indépendant et le fait de devoir suivre et servir d'arme à quelqu'un, je n'ai jamais su si ça allait me plaire ; et d’ailleurs je ne le sais toujours pas, vu que personne ne ma manié en tant qu'arme...

Elle rangea les assiettes du repas et puis m'indiqua qu'il était temps d'aller dormir pour elle et que je ne devais pas écouter le metal trop fort et qu'elle se lèverait tôt demain matin. Elle m'apporta des couvertures roses chiasse avec un coussin assorti à cet étron qui allait me servir d'oreiller ; joie et bonne humeur... ça me déprimais de devoir dormir là dessus, parce que tout ça, c'est vraiment pas du tout du tout stylé... Enfin, il fallait supposer qu'elle n'avait que ça. Ou alors qu'elle se foutait de ma gueule.
J'ai préféré penser que c'était la première hypothèse qui était véridique pour essayer de me calmer...
D'habitude dans ce genre de situation je pousse le volume a fond pour rester enfermé dans ma bulle, mais je n'avais pas trop envie de me faire virer dès le premier soir ; j'ai sorti mon baladeur et mes écouteurs et je me suis allongée sur le canapé, perdue dans mes pensée...

C'était quoi mon avenir ? Non, je veux dire, qu'est-ce que j'allais faire après ; après avoir trouvé les infos que je cherchais sur ma mère. Qu'est-ce que j'allais devenir ?
La question était trop présente dans ma tête en ce moment, et je n'arrivais pas à trouver de réponses. En réalité, je pense que je me cache le fait que je n'ai aucun objectifs dans ma vie, si ce n'est celui de retrouver ma mère ; mais une fois fait, je n'aurais plus rien de concret.
Au final, est-ce que réaliser ce but allait vraiment m'aider à m'accepter telle que je suis ? Est-ce que j'allais enfin pouvoir passer à autre chose ? Mais quel autre chose ?
Je n'étais pas ici à Shibusen pour me battre en dédiant ma vie à éviter que des âmes deviennent des grands dévoreurs, parce que je m'en fous pas mal. Tant que tout va bien pour moi, le reste, j'en ai rien à cirer ; J'ai toujours était égoïste, je le reconnais complètement, mais j'ai appris que se soucier des autres, ça amène jamais rien au final et que les gens qui ont dévoués leur vie à prendre soin de personnes ont toujours finis par ne plus prendre soin d'eux même et finir leur vie sans jamais l'avoir vécue pour eux.

Et puis mon père. C'est vrai que je l'oubliais souvent celui-là ; Il m'avait éduqué - ou en tout cas il avait essayé, parce que je suis pas un grand modèle d'éducation stricte – et élevé seul. Pour ça, je lui en serais toujours très reconnaissante ; c'est vrai qu'on a passé de bons moment ensemble et qu'il ne m'a jamais jugé pour ce que je n'étais pas. Je l'aimes bien, au final, mon papa.
Mais je crois que je lui en veux toujours de ne m'avoir rien dit. Même si je comprends que sa fierté était en jeux et , au vu de mon propre caractère, admettre sa propre défaite face aux événements n'est jamais chose facile, parce que ça fait transparaître des faiblesses. Et ça, c'est pas cool. Être faible en société c'est laisser la porte ouverte à tous ceux qui essaye de te bouffer sans aucune race.

Je ne savais pas depuis combien de temps j'étais dans mes pensées ; j'écoutais un album d'Evanescence, ce qui accentuait mon côté triste de ma personnalité ; rien de bon en somme.
Je me sentais seule sur mon canapé. J'étais triste. Ma vie n'avais au final aucun sens et aucun avenir, mon seul objectif était un simple leurre pour me permettre de vivre avec quelque chose à accomplir ; mais avais-je envie de l'accomplir ?

Et puis je me suis mis à penser à cette journée. Je crois que le simple fait de penser à Nyu me faisait sourire. Est-ce que me plaisait ? C'était fort probable. Pourtant, je ne la connaissais que de puis un petit jour ; c'était très étrange, je n'ai jamais été comme ça avant...
Je veux dire par là, j'ai eu des copines, mais c'est arrivé après une longue fréquentation et des choses fait ensemble qui mon amené à ressentir des choses ; mais là, est-ce que je ressent des choses ?
Je pense que c'est encore trop tôt pour cerner la question.
En tout cas, le constat actuel est le suivant : Bordel, j'arrive pas à fermer l’œil.

Je me suis levé de mon canapé, j'ai rangé le MP3 et je me suis approché de la porte de la chambre de la colocatrice. Tout semblait calme et elle dormait à point fermé. Je me suis avancé à pas de loups dans sa chambre avant de m'arrêter au bord de son lit. Il était d'une taille moyenne et elle semblait recroquevillé dans un coin ; J'ai alors délicatement soulevé le drap avant de me faufiler en dessous.
Une fois entré dans le lit, je me suis collé contre Nyu et je l'ai prise dans mes bras, l'enserrant dans un câlin qui ne sembla pas la réveiller – j'avais fait doucement -. E puis je me se suis endormie très rapidement. Être contre elle m'apaisait complètement, même si je ne savais pas pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Squattage chez l'habitant [Feat Nyuuwa Haru]

Revenir en haut Aller en bas
 

Squattage chez l'habitant [Feat Nyuuwa Haru]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Chauvigny(86) les 4 et 5 octobre, 1500 pts solo
» Convocation chez la CPE [ Feat Kelly ]
» visite chez le gynéco
» Jean-Bertrand Aristide doit rentrer chez lui !
» L'on n'est jamais mieux que chez soi!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  ADMINISTRATION :: Communauté :: Foire Aux Questions-